Les calamités et l'amour de Dieu ; le péché, le jugement, et la brièveté du temps

Ellen G. White

Notre seule sécurité

« Tous les jours, la liste des catastrophes naturelles nous montre qu'il n'y a de sécurité nulle part. Même chez nous nous sommes en danger ; car des tempêtes, des inondations, et des incendies balaient des milliers de personnes, pendant que des tremblements de terre en détruisent des milliers d'autres. S'il y a jamais eu un temps où nous devons être sobres et veiller dans un esprit de prière, c'est maintenant. Nos vies sont en sécurité uniquement quand elles sont cachées avec Christ en Dieu. Il nous faut chaque jour nous purifier comme il est pur. Il y a toujours de l'espoir pour nous en Dieu. La foi est notre défense, car elle établit une connexion entre notre nature humaine et la puissance divine. » – Review and herald, 29 janvier 1884.

"Toutes leurs détresses […] étaient pour lui une détresse" – Esaïe 63:9

« Il en est peu qui réfléchissent aux souffrances que cause le péché à notre Créateur. Le ciel entier souffrit pendant l'agonie du Christ ; mais cette douleur ne commença pas lorsque le Christ, fait homme, vint sur la terre, pour finir lorsqu'il remonta aux cieux. La croix révèle à nos sens émoussés la blessure faite à Dieu par le péché dès le début. Chaque manquement au bien, chaque acte cruel, chaque échec de l'humanité à atteindre l'idéal qu'il lui a fixé afflige le Seigneur. Lorsqu'ils s'abattirent sur Israël ces désastres qui étaient la conséquence inéluctable de la séparation d'avec Dieu – le joug ennemi, la cruauté, la mort – il est dit que "l'Éternel […] fut touché des maux d'Israël" (Juges 10:16). "Toutes leurs détresses […] étaient pour lui (aussi) une détresse – […] il les a soutenus et portés tous les jours d'autrefois." Ésaïe 63:9.

"L'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables." Romains 8:26. "La création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement" (Romains 8:22) et le cœur de notre Père céleste est plein de compassion. Notre monde est une immense léproserie, le théâtre de misères telles que nous n'osons même pas les évoquer. Si nous en prenions l'exacte mesure, le fardeau en serait trop pesant. Et pourtant Dieu le porte tout entier. Pour détruire le péché et ses conséquences, il a donné son Fils bien-aimé et nous a confié le pouvoir d'œuvrer avec lui pour que les souffrances prennent fin. "Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin." Matthieu 24:14 » – Éducation, page 297.

"C'est un ennemi qui a fait cela" – Matthieu 13:28

« [Satan] fait ses délices de la guerre qui excite les pires passions, puis il précipite dans l'éternité ses victimes ivres de vices et de sang. Il incite les nations à la guerre afin d'empêcher les hommes de se préparer à subsister au Jour de Dieu.

Pour compléter sa moisson d'âmes non préparées à mourir, le tentateur se sert aussi des éléments. Il a étudié les secrets des laboratoires de la nature et, dans la mesure où Dieu le lui permet, il use de tout son pouvoir pour diriger les éléments. Quand Dieu l'autorisa à frapper Job, il fut capable de faire tomber en succession rapide sur le patriarche des calamités qui emportèrent ses troupeaux, ses serviteurs, ses maisons et ses enfants. C'est Dieu qui protège les siens de la puissance du destructeur. Mais le monde chrétien n'ayant montré que du mépris pour sa loi, Jéhovah agira conformément à sa Parole : il privera la terre de ses bénédictions et retirera sa protection à ceux qui se révoltent contre lui et forcent leurs semblables à faire de même. Satan domine sur tous ceux que l'Eternel ne garde pas d'une façon spéciale. Dans l'intérêt de sa cause, il en fera prospérer quelques-uns, tandis qu'il attirera le malheur sur d'autres et leur fera croire que c'est Dieu qui les afflige.

En outre, tout en se faisant passer pour un grand médecin capable de guérir toutes les affections, il répandra sur des villes populeuses la maladie et les calamités. Il est à l'œuvre, en ce moment même, provoquant des accidents et des désastres sur terre et sur mer : incendies, cyclones, orages de grêle, tempêtes, inondations, trombes, raz de marée, tremblements de terre. Sa puissance se manifeste en tous lieux et sous mille formes. Il détruit les moissons dorées et fait apparaître la famine. Il empoisonne l'atmosphère, et des milliers de personnes sont victimes d'épidémies. Ces calamités deviendront de plus en plus fréquentes et désastreuses. L'œuvre de destruction atteindra les hommes et les bêtes. "Le pays est triste, épuisé ; … les chefs du peuple sont sans force. Le pays était profané par ses habitants ; car ils transgressaient les lois, violaient les ordonnances, ils rompaient l'alliance éternelle." Ésaïe 24:4 et 5 » – La tragédie des siècles, pages 638 et 639.

"Mon souffle ne restera pas toujours dans l'être humain" – Genèse 6:3

« Nous vivons au temps de la fin. La succession rapide des signes des temps proclame l'imminence de la venue du Seigneur. Nous sommes à une époque importante et solennelle. L'esprit de Dieu se retire de la terre, peu à peu mais sans arrêt. Déjà plaies et jugements frappent les contempteurs de la grâce divine. Calamités sur terre et sur mer, instabilité de l'état social, menaces de guerres : autant de mauvais présages annonçant la proximité d'événements d'une gravité inouïe.

Les forces du mal se coalisent et s'accroissent en vue de la crise finale. De grands changements vont bientôt se produire dans le monde, et les événements de la fin, se précipiter. » – Témoignages pour l'Église, volume 3, page 335.

« Le temps est proche où le monde connaîtra une douleur que nul ne sera capable de soulager. L'Esprit de Dieu se retire de la terre. Les cataclysmes se succèdent à une cadence accélérée. Que de fois n'entendons-nous pas parler de tremblements de terre, de cyclones, de ravages causés par des incendies et des inondations, de lourdes pertes de vies humaines et de biens matériels ! À vues humaines, ces calamités résultent des déchaînements capricieux des forces de la nature, désorganisées et déréglées, échappant au contrôle de l'homme. Mais ce sont des moyens employés par Dieu pour chercher à éveiller chez tous le sentiment du danger qu'ils courent. » – Prophètes et rois, page 211.

"Tes jugements sont vrais et justes" – Apocalypse 16:7

« […] Bien peu se font une idée de la méchanceté qui sévit aujourd'hui dans le monde, particulièrement dans les grandes villes. Le Seigneur a fixé un temps […] où sa colère s'exercera contre tous ceux qui persistent à mépriser sa loi. […] La souveraineté de Dieu et le caractère sacré de sa loi devaient être manifestés aux yeux de tous ceux qui refusent obstinément d'obéir au Roi des rois. Ces derniers seront frappés des jugements miséricordieux dont le but est de les rendre conscients, si possible, de la culpabilité de leur conduite. » – Témoignages pour l'Église, volume 3, page 394.

« C'est toute la gloire de Dieu que d'être miséricordieux, plein de patience, de bienveillance, de bonté et de vérité. Mais la justice démontrée dans la punition du pécheur est tout autant la gloire de Dieu qu'une manifestation de sa miséricorde. » Review and herald, 10 mars 1904. « La puissance de destruction exercée jadis sur l'ordre de Dieu par de saints anges sera, dès qu'il le leur permettra, abandonnée aux mauvais anges. Il y a maintenant des forces toutes prêtes à répandre la désolation en tous lieux, et qui n'attendent que la permission de Dieu. » – La tragédie des siècles, page 667.

« Quand Dieu a offert Christ à notre monde, il a donné dans ce seul cadeau tous les trésors du ciel. Il n'a rien gardé. Il ne peut rien faire de plus que ce qu'il a déjà fait pour amener les hommes à la repentance. Il n'a pas d'autres moyens en réserve pour leur salut.

Dieu endure patiemment la rébellion et l'apostasie de ses sujets. Même quand sa miséricorde est méprisée et son amour tourné en ridicule, il supporte les hommes jusqu'à ce que toutes les ressources pour les amener à la repentance soient épuisées. Mais il y a des limites à sa patience. Il retire sa protection de ceux qui jusqu'au bout, persistent dans leur rébellion. La providence ne les protège plus de la puissance de Satan. En péchant, ils ont gaspillé leur jour de grâce.

Dieu garde une trace des agissements des nations. Pas un moineau ne tombe au sol sans qu'il le remarque. Ceux qui font le mal envers leurs frères humains, en disant "comment Dieu peut le savoir ?" seront un jour convoqués pour faire face à une rétribution longtemps différée. En ces temps difficiles, le mépris pour Dieu est plus que répandu. Les hommes ont atteint un stade dans leur insolence et leur désobéissance qui montre que leur coupe d'iniquité est presque pleine. Nombre d'entre eux ont presque dépassé la limite de la miséricorde. Bientôt Dieu montrera qu'il est bien le Dieu vivant. Il dira aux anges : "Ne combattez plus Satan dans ses efforts de destruction. Laissez-le exercer sa malveillance sur les enfants de désobéissance, car la coupe de leur iniquité est pleine. Ils ont franchi degré après degré dans la méchanceté les uns envers les autres, ajoutant chaque jour à leur dérèglement. Je n'interviendrai plus pour empêcher le destructeur de faire son œuvre."

Le temps est à notre porte. L'Esprit de Dieu se retire de la terre. Quand l'ange de miséricorde repliera ses ailes et s'en ira, Satan commettra les méchancetés qu'il aura longtemps souhaité accomplir. Les tempêtes et les orages, la guerre et les effusions de sang, il prend plaisir à ces choses, et ainsi il récolte sa moisson. » – Review and herald, 17 septembre 1901.

"Rachetez le temps" – Éphésiens 5:16

« L'œuvre qui aurait dû être menée avec énergie en faveur des âmes n'a pas été accomplie. Les habitants des villes sans Dieu, sur lesquelles s'abattront bientôt des calamités, ont été terriblement négligés. Le temps est proche où les grandes villes seront rayées de la carte et tous doivent être avertis de l'arrivée de ces châtiments. Mais qui s'engage de tout cœur dans le service que Dieu réclame ?… » – Review and herald, 10 septembre 1903 (voir Évangéliser, pages 32 et 33).

« Quatre anges puissants retiennent toujours les quatre vents. La terrible destruction ne s'accomplit pas encore entièrement, car il y a quelque chose qui l'en empêche. Les accidents sur terre et en mer, les pertes humaines, en constante augmentation, à cause des tempêtes, des catastrophes ferroviaires, des incendies, les terribles inondations, les séismes et les vents seront les éléments qui vont provoquer les nations dans un combat à mort, pendant que les anges retiennent les quatre vents, empêchant la redoutable puissance de Satan de s'exercer dans toute sa furie, jusqu'à ce que les serviteurs de Dieu reçoivent le sceau sur leur front. Préparez-vous, préparez-vous, je vous en conjure, préparez-vous avant qu'il ne soit à jamais trop tard ! » – Review and herald, 7 juin 1887.

"Il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur" – Apocalypse 21:4

« La douleur ne saurait exister dans le ciel. Dans la demeure des rachetés, il n'y aura ni larmes, ni cortèges funèbres, ni vêtements de deuil. Là, "aucun habitant ne dit : Je suis malade ! Le peuple de Jérusalem reçoit le pardon de ses iniquités." Ésaïe 33:24. Le bonheur deviendra toujours plus intense, à mesure que se déroulera l'éternité.

Nous sommes encore aujourd'hui au milieu des ombres et du tourbillon des activités de ce monde. Pensons davantage à l'heureux au-delà. Que notre foi, perçant les plus sombres nuages, contemple celui qui est mort pour les péchés du monde, et a ouvert les portes du paradis à tous ceux qui croient en lui. C'est à eux qu'il donne le pouvoir de "devenir enfants de Dieu." Que les afflictions qui nous touchent le plus soient pour nous des leçons salutaires, nous poussant vers le but : le prix de la vocation céleste en Jésus-Christ. Encourageons-nous à la pensée que le Seigneur revient bientôt. Que cet espoir réjouisse nos cœurs. "Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas." Hébreux 10:37. "Heureux les serviteurs qui seront trouvés veillant quand leur Maître viendra."

Nous approchons de la patrie céleste. Celui qui nous a aimés au point de mourir à notre place nous a préparé une cité. La nouvelle Jérusalem est notre lieu de repos. Là, il n'y aura plus de tristesse, plus de cris de douleur, plus de chants funèbres sur nos espérances évanouies ou nos affections ensevelies. Bientôt les vêtements de travail seront échangés contre l'habit de noce. Bientôt nous assisterons au couronnement de notre Roi. Ceux dont la vie aura été cachée avec le Christ en Dieu, qui auront combattu le bon combat de la foi, resplendiront de la gloire du Rédempteur dans le royaume de Dieu.

Avant longtemps, nous verrons celui en qui sont concentrées toutes nos espérances. En sa présence, les épreuves et les souffrances de cette vie nous sembleront bien peu de chose. […] "Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas." Hébreux 10:37. Ayez les regards fixés vers le ciel, et que votre foi ne cesse de grandir. Que celle-ci vous guide dans l'étroit sentier qui conduit vers les portes de la cité de Dieu, le grand au-delà, où un bonheur sans mélange attend les rachetés. "Soyez donc patients, frères, […] car l'avènement du Seigneur est proche." Jacques 5:7 et 8 » – Témoignages pour l'Église, volume 3, pages 513 à 515.