« La lumière brille encore »

Par James R. Nix
Directeur du Ellen G. White Estate
15 avril 2004
Méditation partagée lors de la réunion annuelle de printemps du comité de la conférence générale

Introduction

La lumière – combien elle est importante pour nous ! Au commencement Dieu a dit : « Que la lumière soit »1 Quelques jours plus tard, il créa Adam et Eve, « nimbé[s] d’un voile de lumière et de gloire »2 De nombreuses années plus tard, dans le désert il guida Israël par la colonne de nuée le jour et de lumière la nuit.3 Dieu a utilisé la lumière sous ses nombreuses formes – réelles et symboliques – pour le bénéfice de son peuple.

Ellen White a déclaré résolument que « Christ aime son église. » (Sons and daughters of God 13)4 Est-ce donc surprenant que exactement comme c’était prévu, au moment même où Dieu a appelé notre église à l’existence, dans son amour et sa sagesse, il nous ait donné un autre don de lumière, tout spécial, en renouvelant le don de prophétie parmi nous ? Comme Apocalypse 19 :10 le décrit si magnifiquement :

« C’est le témoignage de Jésus qui est l’esprit de la prophétie. »

En évoquant cet amour insondable que Jésus a pour son église, Ellen White a écrit :

« L’église, bien qu’affaiblie et défaillante, est le seul objet sur terre auquel Christ accorde sa suprême considération. Il veille sur elle constamment avec sollicitude, et la fortifie par l’intermédiaire de son Saint Esprit. Allons-nous, en tant que membres de son église, le laisser imprimer nos esprits et œuvrer à travers nous pour sa gloire ? »5

Rien d’étonnant alors que, dans son amour et son intérêt pour nous, Jésus ait choisi d’apporter la lumière directement à son peuple de la fin des temps. C’est ainsi que depuis nos débuts, nous adventistes du septième jour croyons qu’Ellen White a reçu le don de prophétie. Nos pionniers ont été les témoins directs de la direction de Dieu dans la fondation de notre mouvement, vivant personnellement sa bénédiction à travers les messages qu’il donnait à Ellen White. Ils ont vite appris que quand ils suivaient les conseils de l’Esprit de Prophétie, ils prospéraient et étaient bénis, tandis qu’à l’inverse, quand ils ne les suivaient pas, ils faiblissaient et trébuchaient.

Aujourd’hui des voix s’élèvent, au sein de l’adventisme, et en-dehors, nous demandant de reconsidérer Ellen White. Certains disent aujourd’hui qu’à l’instar de Tonton Robert et Tata Suzanne que tout le monde connaît dans la famille, tout en espérant qu’ils ne viendront pas à la prochaine réunion de famille, il est temps que l’église relègue Ellen White au grenier de l’église. Pour son époque, c’était valable, mais, prétendent-ils, ce temps-là est révolu depuis longtemps.

Cependant, Salomon a déclaré pertinemment  dans Proverbes 29 :18 :

« Quand il n’y a pas de vision, le peuple est incontrôlable. »

Dix contributions d’Ellen White à l’église adventiste du septième jour :

A force d’entendre ces appels croissants à abandonner Ellen White, je me suis parfois demandé ce que serait l’adventisme aujourd’hui sans la direction et les conseils divins reçus par son intermédiaire. Sans être exhaustif, laissez-moi mentionner plusieurs choses auxquelles elle a contribué, qu’aucune, je suppose, personne n’aimerait abandonner aujourd’hui :

  • Le thème du grand conflit. Ses idées ont non seulement contribué à définir l’essence de l’adventisme, dont les messages des trois anges, mais ce thème-là a un impact sur à peu près tout le reste de nos enseignements et de nos pratiques.
  • L’importance qu’elle accorde à la centralité de la Bible dans la vie et le témoignage de notre église, ainsi que ses idées concernant l’inspiration qui nous évite les défis que rencontrent ceux qui croient à l’inerrance des écrits prophétiques.
  • L’importance qu’elle accorde à la justification par la foi. Sans son influence, il est peu probable que les idées des frères A. T. Jones et E. J. Waggoner auraient été entendues.
  • L’importance qu’elle accorde à Christ et à sa préexistence éternelle, ainsi que son enseignement du Saint-Esprit en tant que personne pleine et entière.
  • L’importance qu’elle accorde à la santé, et à la vie saine, avec l’établissement de notre œuvre sanitaire mondiale.
  • L’importance qu’elle accorde à l’éducation, qui a donné lieu à l’établissement d’écoles d’église, d’académies, et de lycées dans le monde entier, devenus à présent des universités; sans parler de son profond intérêt pour les jeunes.
  • Son appel pour les publications, qui a donné lieu à notre ministère d’édition mondial. Ajoutez à cela l’impact de ses propres ouvrages, devenus des classiques, dont Vers Jésus [le meilleur chemin], les paraboles de Jésus, la série Destination Eternité, plus beaucoup d’autres.
  • Son impact sur l’organisation de notre église, ainsi que l’effet unificateur que ses écrits ont eu sur l’adventisme, à la fois au niveau théologique, et structurel.
  • L’importance qu’elle accorde à la liberté religieuse et aux droits de l’homme, avec entre autres son soutien vigoureux à l’œuvre auprès des Noirs ici en Amérique. Avec également ses appels pour venir en aide aux pauvres, qui ont donné lieu à l’œuvre mondiale d’ADRA et à nos ouvriers bénévoles.
  • Egalement son appel à une évangélisation mondiale, doublé de son appel à rendre témoignage à nos voisins. Avec également le fait qu’elle a rappelé que Dieu a beaucoup des siens en-dehors de notre église, plus ses appels à interagir avec des pasteurs d’autres confessions.

Au début de ma liste, je me demandais à quoi ressemblerait l’adventisme d’aujourd’hui s’il n’y avait pas eu Ellen White. En plus de toutes ces contributions théologiques et structurelles, nul n’est besoin de regarder bien loin pour trouver une autre différence. L’Advent Christian Church [Eglise Chrétienne Adventiste], les adventistes observateurs du dimanche qui viennent du mouvement millérite, comptaient après la grande déception de 1844 environ 30000 à 50000 partisans. Aujourd’hui ils comptent environ 75000 membres répartis dans 19 pays ! A l’époque, les adventistes observateurs du sabbat étaient entre 50 et 150.

En 1907, Ellen White écrivit :

« D’abondantes lumières ont été accordées à notre Eglise en ces derniers temps. Soit que ma vie se prolonge ou qu’elle arrive à son terme, mes écrits continueront à parler sans cesse et ils exerceront leur influence jusqu’à la fin des temps. »6

Pour la majorité des adventistes du septième jour, cette prédiction s’est révélée vraie. Cependant, tragiquement, en particulier ces dernières années, un nombre croissant de personnes se sont détournées des messages particuliers que Dieu nous a donnés. Certains rejettent complètement tout ce qui porte le nom « Ellen White. » Dans une prémonition de cela, Ellen White a averti :

« Une haine satanique s’allumera contre les témoignages. L’effort de Satan tendra à ébranler la confiance des églises en ces témoignages, et ceci pour la raison suivante : Satan n’a pas un chemin facile pour amener ses tromperies et envelopper les âmes dans ses séductions aussi longtemps que l’on prête attention aux avertissements, aux répréhensions et aux conseils de l’Esprit de Dieu. »7

Une deuxième catégorie de personnes considère Ellen White comme un auteur pieux, mais ils sont peu disposés à lui accorder une réelle autorité. Ces gens passent également à côté de la bénédiction que Dieu avait prévue pour eux. Bien qu’ils prétendent garder ses écrits avec dévotion, ils ne tiennent pas compte des conseils que Dieu a donnés par son intermédiaire.

Et il y a une troisième catégorie qui me contrarient et me laissent perplexe également. Ces individus prospèrent en interprétant mal les messages de Dieu que l’on trouve dans les écrits d’Ellen White. Ils trouvent une citation ou deux et en font toute leur religion. Dans leur zèle missionnaire, ils tentent d’imposer leurs visions étroites à tout le monde. Pour on ne sait quelle raison, ils oublient le fait que le plan de Dieu pour son église, comme on le trouve dans les écrits d’Ellen White, est équilibré. Il n’est pas inégal.

Dix raisons pour lesquelles Ellen G. White est toujours d’actualité pour l’église adventiste aujourd’hui

Durant quelques minutes, je veux partager brièvement avec vous dix raisons pour lesquelles les écrits d’Ellen White sont toujours pertinents, et font autorité, pour moi. Ce ne sont pas des raisons profondément théologiques, mais plutôt des raisons simples, des choses pratiques qui parlent à mon cœur. J’espère que plusieurs d’entre elles vont aussi faire écho en vous.

1. Un Christ élevé

Ellen White a constamment élevé le Christ, et n’a cessé d’encourager les gens à regarder à lui. Pas besoin d’aller très loin dans la lecture de ses écrits pour tomber sur des références à Jésus et sur des commentaires qui révèlent l’amour profond qu’elle avait pour lui, ainsi que son grand désir de voir les autres être amenés à l’aimer aussi. Plusieurs de ses livres les plus appréciés traitent directement du Christ : Vers Jésus [le meilleur chemin], Jésus-Christ, les paraboles de Jésus, Heureux ceux qui, et la tragédie des siècles.

Pour moi, le fait qu’Ellen White ait constamment exalté le Christ, et qu’elle l’ait désigné aux gens sont des indications très convaincantes en faveur de ses revendications. Satan inciterait-il constamment les gens à aller à Christ ? Rien que cette pensée est risible. Ainsi donc, moi pécheur, je prends conscience de mon profond besoin du Christ, je vais vers une source d’aide qui a passé l’épreuve du temps dans ce domaine, et c’est l’une des raisons pour lesquelles je trouve les écrits d’Ellen White si précieux dans ma propre vie.

2. Le thème du grand conflit

Ce qu’enseigne Ellen White sur le grand conflit a du sens dans ce monde troublé qui est le nôtre. Contrairement à l’idée de beaucoup de gens selon laquelle Dieu est en colère contre nous, la compréhension d’Ellen White est que la véritable lutte lieu entre Christ et Satan, et non entre Christ et moi. Cette idée imprègne tous ses écrits.

Quand il arrive des choses mauvaises au peuple de Dieu, grâce à notre compréhension du grand conflit qui fait rage entre Christ et Satan, nous pouvons mettre les choses en perspective. Même si nous ne pouvons expliquer le pourquoi du comment pour chaque chose qui arrive, nous comprenons qu’une bataille de plus grande envergure fait rage.

Pour moi, c’est une autre raison positive d’accepter les écrits d’Ellen White. Sa compréhension de Dieu, de son conflit avec Satan, y compris l’origine et la fin du péché, est si convaincante, pourquoi est-ce que je voudrais adopter autre chose, surtout puisque toute sa compréhension est basée sur les Ecritures ?

3. Bénédictions spirituelles

Suivre les conseils que Dieu nous a donnés par l’intermédiaire d’Ellen White entraîne des bénédictions en termes de mode de vie. Laissez-moi vous donner quelques exemples.

Il y a quelques années, la Division nord-américaine a mené une étude sur la croissance de l’église. L’une des questions du sondage concernait l’ampleur de l’étude personnelle régulière des livres d’Ellen White. D’après les réponses, 2848 était classés comme des « lecteurs » et 5375 comme des « non-lecteurs ». Plus tard, les données ont été analysées de nouveau pour voir quel impact une lecture régulière d’Ellen White pouvait avoir dans la vie des membres.8

Permettez-moi de partager quelques-unes des découvertes faites à ce sujet.

Sujet Lecteurs Non-lecteurs
Relation forte avec Jésus-Christ 85% 59%
Assurance d’être en règle avec Dieu 82% 59%
Etude personnelle quotidienne de la Bible 82% 47%
Soutien financier régulier pour gagner des âmes localement 76% 46%
Engagé dans le témoignage l’année passée 73% 49%
Fait le culte de famille chaque jour 70% 42%
A donné des études bibliques avec un non-adventiste l’année passée 45% 26%
Rencontre régulièrement un petit groupe d’étude 40% 20%

Il y avait onze autres catégories. Pour chacune d’elles, ceux qui lisent Ellen White avaient de bien meilleurs scores que ceux qui ne la lisent pas. Alors une autre raison pour laquelle je considère les écrits d’Ellen White comme précieux dans ma vie, comme cela a été corroboré par les résultats de l’étude, c’est que ma marche avec le Seigneur et mon expérience en tant que disciple sera d’autant plus riche que j’aurais passé du temps avec les conseils de Dieu tels qu’il les a donnés par l’intermédiaire d’Ellen White. Je ne peux pas parler pour les autres, mais moi j’ai besoin de ça !

4. Avantages en termes de santé

En plus des bénéfices spirituels qui viennent du fait de lire et d’adhérer aux conseils que l’on trouve dans les écrits d’Ellen White, il y a également des avantages en termes de santé. Ces dernières années, on a vu beaucoup de discussions sur ce qu’avait dit Mme White sur la santé. Certains critiques ont prétendu qu’elle avait tiré ses enseignements d’autres réformateurs de santé du dix-neuvième siècle. Elle, affirmait que ses principes de santé venaient de Dieu.

A la fin des années 1860 - début des années 1870, un certain nombre de réformateurs de santé en Amérique recommandaient l’abstinence totale de sel. Ellen White voyait les choses différemment. Mais ce sont ses raisons qui m’intéressent particulièrement.

« J’emploie un peu de sel et j’en ai toujours à ma disposition, car Dieu m’a révélé que le sel n’est pas nuisible, mais, au contraire, effectivement essentiel pour le sang. Je n’en connais pas la raison, mais je vous donne ce conseil tel qu’il m’a été révélé. »9

Je ne suis pas là aujourd’hui pour relancer le débat sur l’origine de ses informations concernant son message de santé. Je veux juste partager avec vous pourquoi je trouve que ses conseils sont toujours d’actualité. Ceci dit, je dois avouer que je trouve cela très étrange qu’aujourd’hui, quand dans tant de domaines liés à la santé, le monde confirme ce que Dieu a montré à Ellen White il y a 140 ans, certains adventistes abandonnent ses conseils.

Pourquoi est-ce que je dis cela ? Eh bien, le Time magazine l’a exprimé mieux que moi. Dans leur numéro du 28 octobre 1966, ils ont fait un article sur les résultats initiaux de la première étude sur la santé adventiste menée en Californie, et les résultats étaient si phénoménaux que le Time les a appelés « l’avantage adventiste. » De toute évidence, nous n’avons pas le temps de citer cette étude dans les détails, mais simplement il vaut la peine d’en citer quelques faits, ainsi que les études qui ont été menées par la suite.

La toute première étude sur la santé adventiste a été menée entre 1958 et 1965, auprès d’adventistes californiens. Les chercheurs n’ont pas fait de distinction entre les adventistes qui consommaient de la viande chaque jour, chaque semaine, chaque mois, ou jamais. Ils n’ont pas non plus fait de distinction entre les lacto-ovo-végétariens et les végétaliens stricts. Mais malgré tout, les adventistes du septième jour (y compris les non-végétariens) avaient un taux de mortalité bien moindre dans chaque catégorie de maladie, comparés à la population californienne dans son ensemble. On a découvert que les adventistes avaient seulement :

  • 20% de cancer du poumon
  • 5% de cancer de la bouche, de la gorge et du larynx
  • 32% de bronchite et d’emphysème
  • 28% de cancer de la vessie
  • 34% de cancer de l’œsophage
  • 13% de cirrhose du foie 10

Selon une étude postérieure commencée en 1974, les hommes adventistes vivent en moyenne 8,9 années de plus que la population californienne dans son ensemble. Les femmes adventistes, 7,5 années de plus. Les hommes adventistes végétariens vivent 3,7 années de plus que leurs ‘frères’ non-végétariens.11

Des études similaires menées dans d’autres pays ont donné des résultats comparables :

En 1982, le Centre d’étude du Cancer à Copenhague rapporta, après une étude de trente-cinq ans, que seul un adventiste sur dix développait un cancer, tandis que le taux pour la population danoise était de un sur quatre.

En 1983, une étude néerlandaise rapporta une espérance de vie allongée de 8,9 années pour les hommes adventistes, et de 3,7 années pour les femmes adventistes par rapport à la population globale.

Une étude polonaise rapporta en 1985 que les hommes adventistes avaient un avantage de 9,5 années, et les femmes adventistes de 4,5 années.

Et les statistiques continuent encore et encore. Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, des faits pareils m’obligent à m’asseoir et à m’intéresser aux paroles qu’Ellen White prétend avoir reçues de Dieu sur les questions de santé. Est-elle toujours d’actualité pour moi ? Et comment ! Dans un monde qui devient fou à force de nouveaux régimes sains, de programmes, et de modes, les messages que Dieu a donnés à notre église par l’intermédiaire d’Ellen White sont en plein dans le mille, ils ont passé l’épreuve du temps.

5. Elever la Bible

Une autre raison irrésistible pour laquelle je trouve personnellement que les messages d’Ellen White font autorité c’est qu’elle ne nous a pas donné de nouvelle Bible. Durant sa longue existence, Mme White n’a cessé de désigner la Bible aux gens. Dans son premier livre de 64 pages publié pour la première fois en 1851, aujourd’hui réimprimé dans Premiers écrits, l’auteur de 23 ans concluait en disant :

« Cher lecteur, je vous recommande la Parole de Dieu ; qu’elle soit la règle de votre foi et de votre vie. »12

Vers la fin de sa vie, la servante du Seigneur, alors âgée de 82 ans, était présente à la session de la Conférence Générale de 1909 à Washington, D. C. Ce fut la dernière à laquelle elle assista. W. A. Spicer, secrétaire de la Conférence Générale, se souvient des dernières paroles de Mme White aux délégués :

« Elle s’avança vers l’estrade, le dernier jour de la session, pour dire […] quelques mots d’encouragement et d’adieu, puis elle se tourna vers la chaire, où reposait une Bible. Elle ouvrit le livre, le tendit, les mains tremblantes à cause de son âge. Et elle dit :

« Mes frères et sœurs, je vous recommande ce livre. »

Sans ajouter un seul mot, elle referma le livre, et s’éloigna de l’estrade. Ce furent ses dernières paroles en public dans l’assemblée mondiale de l’église du reste. »13

Tout au long de sa vie, Ellen White n’a fait qu’élever la Bible. Nulle part vous ne la lirez revendiquer que ses écrits remplacent la Bible. Au contraire, elle a toujours dit que ses écrits devaient être éprouvés par les Ecritures. Pas une fois elle ne dit que la Bible doit être éprouvée par ses écrits. Cela la rend unique parmi ceux qui prétendent avoir reçu de nouvelles lumières.

Ellen White a écrit :

« Trop peu d’attention a été vouée à la Bible ; aussi le Seigneur a-t-il accordé en vue d’une lumière plus grande d’autres clartés.14

Heureusement, nos doctrines ne sont pas basées sur les visions d’Ellen White, mais plutôt sur une étude approfondie de la Parole de Dieu. Pourtant, l’histoire montre que durant les Conférences sur le Sabbat et le Sanctuaire de la fin des années 1840, ainsi qu’en plusieurs autres occasions, Dieu a choisi de confirmer et d’aider nos pionniers à se fonder dans la vérité biblique grâce aux visions. Sachant que c’est vrai, je trouve les idées doctrinales d’Ellen White plus que simplement spirituelles. Pour moi elles font autorité. Je n’ai pas dit, comme certains détracteurs, qu’elle est une commentatrice infaillible. Mais pour moi, j’investis ses déclarations doctrinales de plus d’autorité que ceux d’autres auteurs en raison de la Source (avec une majuscule) de ses idées.

6. Impact sur les institutions d’église

Une autre raison pour laquelle je trouve les conseils d’Ellen White toujours pertinents concerne son impact sur les institutions de l’église, que ce soit dans leur établissement ou dans leur administration.

Nous ne faisons pas que prêcher. Les adventistes financent un système d’éducation et une œuvre de publication présents dans le monde entier. De plus, notre programme médical est connu internationalement, et tout cela est en grande partie le produit des encouragements d’Ellen White.

Le fait est que ces programmes mondiaux n’auraient jamais atteint un tel succès actuel sans les prévisions et les principes présentés par Ellen White. Mais ce n’est pas leur ampleur mondiale qui les rend si spéciaux, c’est plutôt leur objectif unique. Les écoles, les maisons d’édition, et les installations médicales adventistes ne sont pas caractéristiques seulement parce qu’elles sont gérées par des croyants, mais grâce aux principes soigneusement exposés par Dieu par l’intermédiaire d’Ellen White.

Certains non adventistes ont fait l’hypothèse suivante : sans Ellen White, les adventistes n’auraient pas survécu tels qu’ils sont connus aujourd’hui. Kenneth L. Woodward, le rédacteur de la rubrique religion du magazine Newsweek, a observé : « Si elle [la confession adventiste du septième jour] perd sa mère fondatrice, l’église verra aussi qu’elle perd également son âme visionnaire qui la distingue. »15

Est-elle toujours pertinente pour moi aujourd’hui ? Et comment ! Si même des non-adventistes reconnaissent que la vision (ou puis-je dire « les » visions ?) d’Ellen White conduit cette église !

7. Prédictions

Je pourrais aussi mentionner certaines de ses incroyables prédictions. C’est vrai qu’Ellen White n’est pas connue principalement pour ses prédictions. Contrairement à tous les « prophètes » ou voyants modernes qui chaque mois de décembre donnent leurs « dix meilleures prédictions » pour l’année à venir, ou qui font des prédictions tellement vagues qu’on peut les réinterpréter de sorte qu’elles « collent » à mesure du temps qui passe, l’ « avant-première » qu’a eue Ellen White des temps de la fin n’a jamais été contredite par les événements. L’insécurité économique, les conflits politiques, l’agitation sociale, le déclin des valeurs morales, le renouveau spirituel du New Age, et l’intérêt mondial pour l’unité religieuse, tous ces événements d’aujourd’hui sont un accomplissement stupéfiant de ses prédictions.

Nous connaissons tellement bien certaines de ses prédictions qu’elles nous paraissent à peine surprenantes aujourd’hui. Cependant, quand on les situe dans le contexte de son époque, elles ne sont rien de moins qu’incroyables. Par exemple, quand elle affirme que les guerres se poursuivront jusqu’à ce que Christ revienne, cela semblait très étrange dans l’époque qui a précédé la première guerre mondiale, quand tout le monde croyait que tout allait de mieux en mieux. Même après les horreurs de la première guerre Mondiale, les avertissements d’Ellen White sur le fait que des milliers de bateaux seraient précipités dans les profondeurs de la mer, que des flottes sombreraient [1890]16 et que des bouleversements économiques surviendraient [1909],17 ont du sembler très étranges. Mais aujourd’hui que le monde a traversé la dépression mondiale de la fin des années 1920 et 1930, sans parler de la deuxième Guerre Mondiale, plus toutes les autres guerres qui ont fait rage et continuent de faire rage un peu partout depuis, ce qu’elle a prédit sonne comme le journal quotidien.

Aussi terrible que soit devenue la situation, l’augmentation du crime, la pollution dans les villes, la dégradation de la société, sachant que Dieu nous a avertis à l’avance de tout cela par l’intermédiaire d’Ellen White, ces éclairages donnent une pertinence à d’autres choses qu’elle a écrites et ce ne serait peut-être pas le cas autrement.

8. L’impact de sa vie

Une autre chose qui pour moi donne une certaine autorité et une pertinence à Ellen White ce sont les fruits de sa vie. Durant sa vie, elle n’a pas tenu d’offices d’église. Cela peut sembler surprenant pour ceux qui étudient les mouvements religieux du dix-neuvième siècle, mais pourtant Ellen White n’a pas laissé de monuments à sa gloire. Sa vie était plutôt mue par ce sens du destin intimement lié à sa vocation de messagère du Seigneur. Elle s’est consacrée à donner une meilleure compréhension de Dieu, tandis qu’elle relayait aux autres les messages qu’il lui donnait.

A.G. Daniells, président de la Conférence Générale de 1901 à 1922, et longtemps collègue d’Ellen White, écrivit en 1935 :

« Je suis en mesure d’affirmer que ma plus profonde conviction est que la vie de Mme White dépasse la vie de tout autre personne que j’ai pu connaître ou avec laquelle j’ai pu être associé.[…] Je ne l’ai jamais entendue une seule fois se vanter du gracieux don que Dieu lui avait accordé, ou des résultats merveilleux de ses efforts. Elle se réjouissait des fruits, mais rendait toute la gloire à celui qui avait œuvré à travers elle. »18

9. Phénomènes physiques

Un autre aspect qui donne de l’autorité aux écrits d’Ellen White, et que certains m’attendaient peut-être à voir mentionner plus tôt, ce sont les phénomènes physiques qui accompagnaient les visions. Le fait qu’elle ne respirait pas, que ses yeux restaient ouverts, et qu’elle était totalement inconsciente de ce qui se passait autour d’elle quand elle était en vision, tout cela est en accord avec les phénomènes physiques qu’ont vécus les prophètes bibliques. Le fait que ce soit le cas ajoute à l’autorité que je confère à ses écrits, mais je sais que Satan peut contrefaire les phénomènes physiques. Donc pour moi, comme pour nos pionniers, les phénomènes physiques entourant l’expérience d’Ellen White donnent du poids à l’argument en faveur de l’origine divine de ses visions, mais ils ne sont pas en eux-mêmes des preuves irréfutables.

Toutefois, si Dieu est allé jusque là dans le surnaturel pour m’aider à comprendre qu’il parlait à travers Ellen White, alors je ferais mieux de m’asseoir et d’en prendre note. Après tout, aux temps de la Bible, Dieu considérait que rejeter ses prophètes, c’était le rejeter, lui.

10. Auto-authentification

Laissez-moi partager une dernière raison pour laquelle je trouve les messages d’Ellen White valables pour moi. Je dois avouer que c’est une raison très subjective, mais cela n’amoindrit pas pour autant sa validité. Quand je lis ses écrits, j’entends la voix de Dieu qui parle à mon âme, autrement dit, ses écrits s’auto-authentifient.

Quand je lis Jésus-Christ, je ne lis pas juste des informations sur Jésus, je le rencontre vraiment dans les pages de ce livre. Dans son chapitre « Gethsémané, » ou quand elle décrit le procès et la crucifixion du Christ, je ne suis pas qu’un spectateur. Je suis embarqué dans l’histoire. Je suis là avec les disciples endormis dans le jardin. Christ me demande de veiller et d’attendre avec lui. Ce n’est pas juste Pierre qui est là devant le feu, je suis là aussi. Dans la cour, je me mêle à la foule vindicative. Et sur le terrible mont de la crucifixion, je plante les clous dans les mains innocentes du Christ. Je suis là à le railler alors qu’il est là sur la croix, suspendu, brisé, meurtri, et en sang. Mais au fur et à mesure de ma lecture, d’une manière ou d’une autre, la lumière éclaire mon esprit obscurci par le péché, et je comprends que c’est pour moi qu’il est mort. Et avec l’oreille de mon esprit, j’entends Jésus qui prie : « Père, pardonne à Jim, car il ne sait pas ce qu’il fait. »

De la même manière, quand je lis les Témoignages, cela me pousse à me mettre à genoux, tout comme ceux à qui les messages étaient adressés à l’origine se mettaient à genoux il y a cent ans ou plus. C’est tragique, mais il y a des gens qui font une fixation sur ce qu’ils considèrent comme « les choses à ne pas faire » dans les écrits d’Ellen White. Ces mêmes « choses à ne pas faire » que certaines personnes voient, Ellen White les voyait comme des occasions pour s’approcher encore davantage de Dieu, si par amour nous faisons ces choses qui, lui le sait, étant notre Créateur, nous rendront le plus heureux.

Conclusion

Ce matin, voulez-vous être davantage comme Jésus ? Voulez-vous une expérience chrétienne plus forte, une relation plus proche avec Christ, une vie plus longue, avec une meilleure santé ? Si c’est le cas, je vous recommande de nouveau le don spécial que Dieu a fait à notre église par l’intermédiaire d’Ellen White. Pour moi, ses livres sont aussi modernes que le journal de la semaine prochaine, et même plus pertinents encore que le tout dernier livre de développement personnel paru en librairie.

Voilà pourquoi j’en suis arrivé à ce stade, là où je reconnais volontiers que les témoignages sont pour moi. Pas pour les utiliser contre quelqu’un d’autre, mais pour m’aider, moi, dans ma marche chrétienne quotidienne. Le don de l’Esprit de Prophétie a été fait pour moi. Pas pour que je les utilise pour vous juger ou vous critiquer, non. Mais plutôt Dieu a fait ce précieux don à son église pour contribuer à me rapprocher vers Jésus. Il l’a donné pour m’amener, moi, à étudier la Bible plus en profondeur. Et surtout, il a fait ce don pour aider à me préparer pour le proche retour de Jésus.

Mon ami, si ce matin tu n’utilises pas encore ce don précieux pour l’instant, la moindre lumière qui nous amène à la plus grande lumière 19, peut-être que tu ne l’as jamais fait, ou peut-être tu l’as fait auparavant, mais pour une raison ou une autre, ces dernières années, tu as cessé de le faire, je veux t’inviter à l’utiliser de nouveau. Après tout, l’avertissement du roi Josaphat à l’ancien Israël, tel qu’on le trouve dans 2 Chroniques 20 :20, est aussi pertinent aujourd’hui que lorsqu’il l’a prononcé la première fois : « Mettez votre foi dans le Seigneur, votre Dieu, et vous tiendrez. Mettez votre foi dans ses prophètes, et vous vaincrez. »

Ellen G. White Estate © 2004

  1. 1. Genèse 1 :3
  2. 2. Patriarches et prophètes, page 23
  3. 3. Exode 14 :19, 20
  4. 4. Sons and Daughters of God, 13, Manuscrit 52, 1901.
  5. 5. Sons and Daughters of God, 13, Manuscrit 155, 1902.
  6. 6. Messages choisis, page 63.
  7. 7. Messages choisis¸ page 54-55. Lettre 40, 1890 [Ecrite à l’origine à Uriah Smith, le 30 décembre 1890.]
  8. 8. Roger L. Dudley and Des Cummings, Jr., Who Reads Ellen White? [Qui lit Ellen White ?] @ Ministry, octobre 1982, page 10.
  9. 9. Conseils sur la nutrition et les aliments, page 410.
  10. 10. Les statistiques proviennent d’un résumé des résultats sur l’étude de la mortalité des adventistes vers 1958-1965, rapport non publié, Loma Linda University School of Health, sans date
  11. 11. Revue Ministry, septembre 1989, pages 24 à 27.
  12. 12. Premiers écrits, page 78.
  13. 13. The Spirit of Prophecy in the Advent Movement, p. 30.
  14. 14. Colporteur Ministry, p. 125. Voir également le colporteur évangéliste, page 145.
  15. 15. Newsweek, 19 janvier 1981.
  16. 16. The Signs of the Times, April 21, 1890.
  17. 17. Testimonies, vol. 9, p. 13.
  18. 18. The Abiding Gift of Prophecy, p. 368.
  19. 19. Colporteur Ministry, p. 125.