Eléments clés d'Ellen White sur l'évangélisation urbaine

Besoin urgent de partager le message évangélique

« Quand je pense aux villes où l'on fait si peu, où des milliers de personnes doivent être averties du retour imminent du Sauveur, j'ai l'ardent désir de voir des hommes et des femmes aller de l'avant pour cette oeuvre dans la puissance de l'Esprit, remplis de l'amour du Christ pour des âmes en péril. (…)

Nous devons tous nous réveiller, afin que, lorsque les portes s'ouvriront, nous fassions avancer cette oeuvre dans les grandes villes. Nous avons pris du retard à suivre la lumière qui a été donnée pour pénétrer ces villes et ériger des bâtiments pour Dieu. Petit à petit nous devons amener les âmes dans la pleine lumière de la vérité. Nous devons poursuivre cette oeuvre jusqu'à ce qu'une église soit organisée et qu'un humble lieu de culte soit construit. » – Testimonies for the Church, volume 7, page 40 (1902).

« Oh, puissions-nous voir les besoins de ces villes comme Dieu les voit ! Dans un temps comme le nôtre, toute main doit trouver son emploi. Le Seigneur vient. La fin est proche, elle est à la porte. » – Témoignages pour l'Eglise, volume 3, page 402 (1909).

« Il y a actuellement des moyens qui, jusque-là inutilisés, devraient être employés pour annoncer le message aux grands centres urbains qui ne l'ont pas encore entendu en Europe, en Australie, en Amérique et dans les autres régions du monde. Ces grandes villes ont été délaissées pendant des années. Les anges de Dieu attendent que nous nous mettions à l'oeuvre pour leurs habitants. De bourgade en bourgade, de ville en ville, de métropole en métropole, d'un pays à l'autre, le message d'avertissement doit être délivré, non avec ostentation, mais par la puissance de l'Esprit et par des hommes de foi. » – Evangéliser, pages 385 à 386 (1908).

Une tâche qui exige des efforts conjugués

« En lien avec la proclamation du message dans les grandes villes, toutes sortes d'oeuvres pourraient être accomplies par des personnes aux dons divers, chacun à sa manière. Le Seigneur veut que l'on soit à l'oeuvre dans les villes, par des efforts conjugués de personnes aux aptitudes différentes. Tous doivent regarder à Jésus pour être dirigés, et ne pas dépendre de la sagesse humaine, sans quoi ils s'égareront. En tant que collaborateurs de Dieu, ils ont besoin de chercher l'harmonie les uns avec les autres. Il devrait y avoir des comités fréquents, avec une coopération entière et sincère. Cependant, ils doivent tous se tourner vers Jésus pour être sages, sans dépendre des hommes pour savoir où aller. » – Testimonies for the Church, volume 9, page 109 (1909).

« Le Seigneur appelle les hommes et les femmes qui possèdent la lumière de la vérité pour cette époque à s'engager dans l'oeuvre missionnaire personnelle et authentique, surtout les membres d'église qui vivent dans ces villes. Ils ont à mettre en pratique, en toute humilité, les talents accordés par Dieu dans le travail avec ceux qui souhaitent entendre le message qui vient à ce monde, à cette époque. Il existe de grandes bénédictions en réserve pour ceux qui s'abandonnent pleinement à l'appel de Dieu. Alors que ces personnes s'engagent à gagner des âmes à Christ, elles découvriront que beaucoup de personnes qui n'auraient pu être touchées autrement répondront à une démarche personnelle intelligente. » – Medical Ministry, page 332 (1910).

« Les pasteurs ne suffisent pas pour accomplir la tâche réclamée par les grands centres urbains. Le Seigneur adresse un appel, non seulement aux prédicateurs, mais aussi aux médecins, aux infirmières, aux représentants-évangélistes et aux laïques consacrés possédant des dons divers pour évangéliser les villes. Le temps fuit rapidement, et le travail abonde. Tous les moyens doivent être mis en oeuvre pour tirer le meilleur parti possible des occasions qui se présentent à nous. » – Conquérants pacifiques, page 140 (1911).

« Il serait bon d'avoir dans chaque grande ville des corps d'ouvriers missionnaires organisés et bien disciplinés. Non pas une ou deux personnes, mais des dizaines devraient être à l'oeuvre. Il reste cependant la question irrésolue de savoir comment parvenir à les soutenir financièrement. (…)

On devrait accorder plus d'attention à l'entraînement et à l'enseignement des missionnaires avec une option pour ce qui concerne l'oeuvre en milieu urbain. Chaque groupe d'ouvriers devrait se trouver sous l'autorité d'un leader compétent, et ils devraient toujours se souvenir qu'ils doivent être des missionnaires dans le sens le plus élevé de ce terme. Un travail systématique et mené avec sagesse produira des résultats bénis. » – Medical Ministry, pages 300 à 301. (1892).

« On devrait enseigner à de jeunes gens et de jeunes femmes comment devenir missionnaires dans leurs propres voisinages et ailleurs. Que tous aient à coeur de faire preuve de plus d'intelligence quant à l'oeuvre pour cette époque, se qualifiant pour accomplir ce pour lequel ils sont les plus aptes.

De nombreux jeunes gens qui ont reçu une bonne éducation dans leur foyer doivent s'entraîner pour le service et être encouragés à élever la norme de la vérité dans de nouveaux endroits par un travail fidèle et bien préparé. En collaborant avec nos pasteurs et missionnaires expérimentés dans l'oeuvre en milieu urbain, ils recevront le meilleur entraînement qui soit. En agissant sous l'influence divine et soutenus par les prières de leurs collaborateurs plus expérimentés, ils peuvent accomplir une oeuvre bonne et bénie. En conjuguant leurs efforts avec ceux des missionnaires plus âgés, en se servant de leur vigueur pour le mieux, ils seront accompagnés par les anges célestes. En tant que collaborateurs avec Dieu, c'est leur privilège de chanter, prier, croire, de travailler avec courage et liberté. (…)

Ne tardons pas dans cet effort bien planifié pour instruire les membres d'église. Les personnes qui sont pleinement consacrées et qui comprennent à quel point cette oeuvre est sacrée et primordiale devraient être choisies pour travailler dans les grandes villes. N'envoyez pas des personnes qui ne sont pas qualifiées à cet égard. On a besoin d'hommes qui brandiront le triomphe de la croix, qui persévéreront malgré le découragement et les privations, qui auront le zèle, la détermination et la foi qui sont indispensables au champ missionnaire. » – Testimonies for the Church, volume 9, pages 118 à 119 (1909).

« Nous devons faire plus encore que ce que nous avons fait jusqu'à présent pour toucher les habitants des villes. Nous ne devons pas y construire de grands immeubles, mais la lumière m'a été donnée à maintes reprises de mettre en place dans toutes nos villes des petits édifices qui deviendraient des lieux d'influence.

Le Seigneur a un message pour nos villes, que nous devons proclamer dans nos camps meetings et par d'autres efforts publics ou par nos publications. Des restaurants doivent de plus être montés dans les villes, et par eux, le message de la tempérance devra être proclamé. On s'organisera pour tenir des réunions en lien avec nos restaurants. A chaque fois que c'est possible, qu'une pièce puisse être utilisée où les clients peuvent être invités à des conférences sur la santé et la tempérance chrétienne, où ils seront instruits sur la préparation d'une nourriture saine ou d'autres thèmes importants. On pourrait y prier, y chanter, y discuter, non seulement des questions de santé et de tempérance, mais aussi d'autres thèmes bibliques adéquats. Quand les gens apprennent à préserver leur santé physique, on trouve de nombreuses opportunités de semer les graines de l'Evangile du royaume. » – Testimonies for the Church, volume 7, page 115 (1902).

« Il devrait y avoir une mission urbaine dans chaque ville, qui serait un centre de formation pour les missionnaires. Beaucoup de nos frères restent condamnés devant Dieu parce qu'ils n'ont pas accompli l'oeuvre que Dieu voulait précisément leur faire faire.

Si nos frères se servaient des capacités données par Dieu d'avertir les villes, les anges de Dieu les précéderaient pour faire leur effet dans les coeurs de ceux pour lesquels ils oeuvrent. Le Seigneur a plusieurs milliers de personnes qui n'ont pas plié les genoux devant Baal. Que nos pasteurs et nos médecins n'échouent ni ne se découragent. » – Medical Ministry, pages 303 à 304.

« Maintes fois le Seigneur nous a fait savoir que nous devons travailler dans les villes depuis les avant-postes. Dans les villes nous devons avoir des lieux de culte, des monuments de la présence de Dieu, tandis que les institutions destinées à la publication de nos imprimés, ou au soin des malades, ou à la formation des ouvriers évangéliques, devraient être établies en dehors des villes. Il importe surtout que notre jeunesse soit mise à l'abri des tentations de la vie citadine. » – Messages choisis, volume 2, page 411 (1907).

« On pourrait faire tellement plus pour sauver et éduquer les enfants de ceux qui pour l'instant ne peuvent pas s'éloigner des villes. C'est une question qui vaut bien qu'on y consacre tous nos efforts. Des écoles adventistes doivent être mises en place pour les enfants des villes, et on doit prendre des dispositions pour l'enseignement d'études supérieures, là où celles-ci sont nécessaires. » – Child Guidance, page 306 (1903).

« Nos institutions devraient être placées autant que possible loin des villes. Il nous faut des employés pour ces institutions ; si celles-ci sont établies en ville, il y aura de nos familles qui seront obligées de se fixer à proximité. Or il n'est pas conforme à la volonté de Dieu que son peuple se fixe dans les villes où règnent constamment l'agitation et la confusion, choses qui doivent être épargnées aux enfants, car tout l'organisme est détérioré par la précipitation, la vitesse et le bruit. Le Seigneur désire que son peuple se fixe à la campagne, où il puisse s'établir sur la terre, produire ses fruits et ses légumes, où les enfants soient mis directement en contact avec les oeuvres de Dieu dans la nature. Voici mon message : emmenez vos familles loin des villes.

La vérité doit être dite, que l'on veuille ou que l'on ne veuille pas entendre. Les villes sont remplies de tentations. Nous devrions organiser notre oeuvre de manière à éviter le plus possible que notre jeunesse soit contaminée.

Il faut travailler dans les villes depuis les avant-postes. Voici ce qu'a dit le messager de Dieu : « Les villes ne doivent-elles pas être averties ? Oui, mais il ne faut pas pour cela que le peuple de Dieu y demeure ; il s'agira de visiter leurs habitants et de les avertir de ce qui va survenir sur la terre. » » – Messages choisis, volume 2, page 410 (1902).

« Dieu a envoyé avertissement sur avertissement pour que nos écoles, nos maisons d'édition et nos sanatoriums soient établis hors des villes, dans des endroits où l'on puisse montrer effectivement à la jeunesse ce qu'est la vérité. Que personne ne s'avise d'employer les Témoignages pour justifier l'établissement de maisons de commerce importantes dans les villes. Ne rendez pas inutile la lumière qui a été donnée à ce sujet.

Des hommes s'élèveront, enseignant des choses perverses, pour contrecarrer les démarches que les serviteurs du Seigneur font sous sa direction. Mais il est grand temps qu'hommes et femmes comprennent les rapports qui existent entre causes et effets. Il est trop tard, bien trop tard, pour établir de grandes maisons de commerce dans les villes et y attirer des jeunes gens des deux sexes. Les villes vont se trouver dans des conditions qui rendront très difficile la présence de nos fidèles. Ce serait donc une grave erreur que d'investir de l'argent pour établir des maisons de commerce dans ces villes. » – Messages choisis, volume 2, pages 409 à 410 (1905)

Les croyants devraient projeter de quitter les villes quand les portes s'ouvriront

« De plus en plus, au fur et à mesure que le temps passe, notre peuple devra quitter les villes. Pendant des années nous avons reçu pour instruction que nos frères et soeurs, en particulier les familles avec des enfants, devraient projeter de quitter les villes quand les portes s'ouvriront pour eux en ce sens. Beaucoup devront travailler durement pour aider à l'ouverture de ces portes. Mais tant que ce n'est pas possible pour eux et tant qu'ils demeurent dans les villes, ils devraient être des plus actifs dans l'oeuvre missionnaire, même si leur sphère d'influence est limitée. En abandonnant leurs talents et tout ce qu'ils ont à Dieu pour qu'Il s'en serve selon Son dessein, en mettant en pratique leur consécration par un engagement dans l'oeuvre missionnaire pratique là où les occasions se présentent, Dieu les bénira de sagesse et de raison. A sa manière et au moment où Il le voudra, Il leur permettra de se trouver là où ils ne seront pas entourés constamment des influences contagieuses de la vie urbaine moderne. » – Review and Herald, 27 septembre 1906.

La bénédiction de Dieu triomphera des obstacles

« Lors des visions de la nuit, il me fut montré les obstacles qui surgiront dans l'oeuvre d'avertissement des habitants des villes. Mais en dépit de ces obstacles et du découragement, on devrait s'efforcer de prêcher la vérité à tous.

En réfléchissant aux conditions des villes qui se trouvent manifestement sous le pouvoir de Satan, je me suis posée cette question : comment cela se terminera-t-il ? La méchanceté dans beaucoup de ville est en croissance. Le crime et l'iniquité sont à l'oeuvre partout. De nouvelles formes d'idolâtrie continuent de s'infiltrer dans la société. Dans toutes les nations, les hommes s'intéressent à l'invention d'un nouvel objet. L'imprudence et la confusion augmentent partout. Il est clair que les villes sur cette terre deviennent comme Sodome et Gomorrhe.

En tant que peuple, nous devons hâter l'oeuvre dans les villes, qui a été entravé en raison d'un manque de missionnaires, de moyens et d'un esprit de consécration. Maintenant, le peuple de Dieu doit Lui ouvrir complètement son coeur, car la fin de toutes choses est proche. Ce peuple a besoin de s'humilier, d'être attentif à la volonté du Seigneur, travaillant avec un désir fervent à l'accomplissement de ce qu'Il a révélé devant être fait pour avertir les villes de leur destruction imminente. (…)

Le Seigneur veut que son peuple se lève et accomplisse les oeuvres préparées. La responsabilité d'avertir le monde ne repose pas que sur les épaules du pasteur. Les membres laïcs de l'église doivent participer à l'oeuvre du salut des âmes. Au moyen de visites missionnaires et d'une sage distribution de nos ouvrages et tracts, on peut toucher beaucoup de ceux qui n'ont jamais été avertis. Que des groupes s'organisent pour partir à la recherche des âmes. Que les membres d'église visitent leurs voisins et leur ouvrent les Ecritures. Il est possible que certains aillent travailler dans les haies et qu'ainsi, par de sages projets, la vérité sera prêchée dans toutes les régions. En persévérant dans cette oeuvre, des capacités grandissantes en ce sens viendront, et beaucoup verront le fruit de leur labeur dans le salut des âmes. Ces convertis, à leur tour, enseigneront à d'autres. Et ainsi, la graine sera semée en divers lieux, et la vérité sera proclamée à tous. » – Review and Herald, 25 janvier 1912.