Archives concernant les lettres de créances d’Ellen White pour le ministère pastoral

A. Formulaire d’information biographique d’Ellen White

Le 5 mars 1909, Mary Steward, son assistante, a rempli le formulaire d’informations biographiques d’Ellen White, comme le demandait la Conférence Générale pour leurs archives. La question 19 précisait : « Si consacré, spécifier quand, où et par qui. » La ligne a été marquée d’un x, indiquant qu’elle n’avait pas été consacrée, tout comme le x à la question 26 : « Si remarié, donner la date, et le nom du conjoint. »

B. Les archives de la Conférence publiées dans la Review and Herald

Le nom d’Ellen White n’apparaît pas dans les listes des pasteurs ayant reçu leur lettre de créance de la part de la Fédération du Michigan avant 1871. (Voir par exemple, les listes publiées dans la Review and Herald, le 31 mai 1864, le 28 mai 1867, et le 26 mai 1868.) Elle a reçu pour la première fois une lettre de créance pour le ministère pastoral le 10 février 1871, par la Fédération du Michigan :

« Avons voté que Sœur Ellen G. White reçoive les lettres de créance de la présente Fédération. » Review and Herald, 14 février 1871, page 69.

Ses lettres de créance ont été renouvelées par la Fédération du Michigan chaque année par la suite jusqu’à 1887. [1] Le compte-rendu de 1886 commence par ces mots : « Votre comité sur les lettres de créance et les autorisations va présenter les noms suivants de pasteurs consacrés pour un renouvellement de leurs lettres de créance pour l’année qui suit. » (Ellen White n’est pas mentionnée dans le compte-rendu de la Fédération du Michigan pour 1888.)

C. Listes dans l’annuaire adventiste et le bulletin de la Conférence Générale

La première liste de pasteurs dans l’annuaire adventiste apparut en 1884. Ellen White figurait dans les listes à la fois pour les pasteurs de la « Conférence Générale » et ceux du « Michigan. » Les listes apparurent également en 1885, 1886 et 1887. En 1888 elle figure dans la liste des pasteurs de « Californie », ainsi que dans celle du « Michigan » et des pasteurs du « Champ global. » Elle figure également dans la liste « Pasteurs » (non autorisés) dans la « Liste Alphabétique des Ouvriers. »

A partir de 1889, tous les ouvriers étaient classés par ordre alphabétique, ainsi que par territoire, avec des codes lettre pour indiquer si l’ouvrier était (l) autorisé [en anglais, « licensed »] pour prêcher ou (m) un pasteur consacré [en anglais « minister »]. Ellen White figure uniquement dans la liste des pasteurs de la « Conférence Générale » (pas dans la liste « Michigan » ou « Californie ») et un (m) apparaît après son nom dans le répertoire. Elle était classée de la même manière de 1890 à 1894. Aucun annuaire n’a été publié entre 1895 et 1903, mais des « Répertoires des ouvriers » ont été publiés dans le Bulletin de la Conférence Générale.

Dans les Bulletins de 1895, 1896, 1897, et 1898, Ellen White figure systématiquement dans le « Répertoire des Ouvriers » avec le code pour les pasteurs (m) en l’absence d’un autre code séparé pour les pasteurs consacrés dans le répertoire, figurant également dans la liste des pasteurs de la « Conférence Générale ». Dans les bulletins de 1899 et 1900, le Répertoire Pastoral indiquait un (m) pour les pasteurs consacrés, et un (l) pour les pasteurs autorisés. Ellen White figurait dans la liste avec le code (m), et dans la liste des pasteurs de la « Conférence Générale. »

Dans les bulletins de 1901 et 1902, les codes n’étaient pas utilisés, mais une distinction est faite entre pasteurs et pasteurs autorisés dans les listes par territoire. Ellen White figure dans la liste des « pasteurs » de la Conférence Générale et non dans celle des « pasteurs autorisés. » Aucun répertoire n’a été publié pour 1903, mais elle a reçu des « lettres de créance pour le ministère pastoral » par la Conférence Générale, comme rapporté dans le Bulletin de la Conférence Générale, le 14 avril 1903, page 216.

Dans l’annuaire de 1904, Ellen White figure dans le répertoire pastoral et parmi les « Pasteurs sous la direction de la Conférence Générale. » Il n’y avait pas de code distinct pour les pasteurs consacrés dans le répertoire. Dans les annuaires de 1905, 1906, 1907, et 1908, elle figure dans le répertoire pastoral et parmi les pasteurs figurant dans « Ouvriers engagés dans l’œuvre générale et dans les champs missionnaires, sous l’égide de la Conférence Générale. » A nouveau, pas de code distinct pour les pasteurs consacrés dans le répertoire.

Dans les annuaires de 1909, 1910, 1911, 1912, et 1913, Ellen White figure dans le répertoire pastoral et parmi les pasteurs figurant dans « Ouvriers généraux disposant de lettres de créance de la Conférence Générale » (sans code distinct pour les pasteurs consacrés dans le répertoire).

D. Les lettres de créance d’Ellen White

Le White Estate détient en sa possession six lettres de créance qui ont été fournies à Ellen White. La première est datée du 1er octobre 1883, de la Fédération du Michigan. La deuxième est datée du 6 décembre 1885, de la Conférence Générale. Sur cette lettre de créance, le mot « consacrée » a été rayé. La troisième est datée du 27 décembre 1887, de la Conférence Générale. La quatrième est datée du 7 mars 1899, de la Conférence Générale. La cinquième est datée du 14 juin 1909, de la Conférence Générale. La sixième est datée du 12 juin 1913, de la Conférence Générale.

E. Déclaration de la famille d’Ellen White

Dans une lettre datée du 17 novembre 1935, Dores E. Robinson a répondu au nom de W. C. White (fils d’Ellen White et beau-père de Robinson) en réponse à une demande concernant les lettres de créance pour le ministère pastoral d’Ellen White. Il écrit : « [W. C. White] me dit que sœur White n’a jamais été consacrée, qu’elle n’a jamais baptisé, et qu’elle n’a pas non plus accordé la charge de consécration à d’autres. »

Résumé

De 1871 jusqu’à sa mort en 1915, Ellen White a reçu des lettres de créance pour le ministère pastoral. De 1871 à 1877 elle les a reçues de la Fédération du Michigan, et à partir de 1884 jusqu’à sa mort, elle avait des lettres de créance en tant que pasteur de la Conférence Générale. Dans l’une des lettres (1885), le mot « consacrée » est rayé. (Dans l’annuaire de 1888 elle figure également parmi les pasteurs de Californie.) Au fil des années, son nom figurait parmi ceux des pasteurs consacrés plutôt que parmi les pasteurs autorisés, bien que son formulaire d’informations biographiques et le témoignage de sa famille indiquent qu’elle n’a pas reçu la consécration des mains des officiels de l’église.

Compilé par le Ellen G. White Estate, Inc.
Octobre 2012

  1. 1. Voir Review and Herald, 10 septembre 1872, page 102, 16 septembre 1873, page 110, 25 août 1874, page 79, 26 août 1876, page 63, 5 octobre 1876, page 106, 4 octobre 1877, page 107, 17 octobre 1878, page 127, 16 octobre 1876, page 134, 14 octobre 1880, page 253, 11 octobre 1881, page 237, 10 octobre 1882, page 637, 9 octobre 1883, page 636, 21 octobre 1884, page 668, 17 novembre 1885, page 717, 26 octobre 1886, page 668, 1er novembre 1887, page 684.