Affirmations faussement attribuées à Ellen White

Mise à jour de Comprehensive Index to the Writings of Ellen G. White, volume 3, pages 3189 à 3192.

Les affirmations de personnes bien connues sont souvent déformées, et souvent on leur attribue des propos que d'autres personnes ont tenu. Ce fut le cas pour Ellen White, pratiquement depuis le début de son oeuvre, quand ce n'était pas des documents qui ont été modifiés intentionnellement ou par inadvertance. Un exemple nous est donné dans Testimonies to Ministers, page 57. Nous ne reconnaissons l'authenticité des écrits d'Ellen White que s'ils sont reliés à des sources authentifiées publiées ou non.

Vous trouverez ci-dessous les questions qui sont souvent posées au White Estate. Elles ont été regroupées d'après les cinq types qui reviennent le plus.

1 – Des témoignages s'appuyant uniquement sur la mémoire

La mémoire de gens même croyants n'est pas entièrement digne de confiance, et c'est pourquoi la contextualisation de certaines affirmations attribuées à Ellen White peut s'avérer utile :

Le repas de sabbat sur une autre planète

Cette affirmation qui ne repose que sur la mémoire d'une seule personne, selon laquelle Ellen White a déclaré lors d'une conversation à table que les habitants des autres mondes amèneront des fruits pour le divertissement sabbatique des saints en chemin vers les cieux, ne s'appuie sur rien. L'allégation selon laquelle ces mots ont également été sténographiés n'a aucun fondement. Ellen White déclare simplement dans Premiers Ecrits que « notre ascension vers la mer de verre dura sept jours » (page 16). Ellen White ne dit rien sur le sabbat vécu en chemin.

L'auteur de Thoughts on Daniel and the Revelation

Un pasteur pionnier a déclaré qu'Ellen White aurait affirmé en sa présence avoir vu un ange debout à côté d'Uriah Smith, l'inspirant quand il écrivait Thoughts on Daniel and the Revelation. Ceci est sérieusement remis en question par les faits historiques. Les propos de ce pasteur s'opposent aux affirmations authentiques d'Ellen White qui ôta l'ouvrage de Smith de la catégorie des livres « inspirés ». Cependant, Mme White avait une grande estime pour ce livre et le recommandait librement. Voir dans Colporteur Ministry, page 123.

L'identité de Melchisédek

Daprès les souvenirs d'un homme, Mme White aurait identifié Melchisédek comme étant le Saint-Esprit. On ne trouve rien de semblable à un tel enseignement dans ses écrits, et cette affirmation est réfutée par les dénégations de personnes qui étaient présentes lorsqu'Ellen White était supposée avoir fait une telle déclaration. Elle n'a pas identifié Melchisédek. Voir dans Seventh-Day Adventist Bible Commentary, volume 1, page 1093, où elle dit que Melchisédek n'était pas le Christ.

Se cacher dans les montagnes en temps de détresse

Des allégations selon lesquelles Ellen White aurait désigné des lieux précis dans les montagnes pour s'y réfugier en toute sécurité dans le temps de détresse ne reposent sur aucun de ses écrits, qu'ils aient été publiés ou non.

L'oeuvre devant s'achever d'abord dans le sud des Etats-Unis

Ellen White aurait dit que l'oeuvre de l'Eglise s'achèverait d'abord dans le sud des Etats-Unis. Si elle a effectivement fait cette déclaration, apparemment ce n'était qu'oralement, puisqu'il n'existe aucun de ses écrits, publiés ou non, qui l'atteste.

2 – Les associations d'idées

On a souvent répandu des propos sur la base de ce qu'on peut appeler une association d'idées.

Le statut des étudiants dans des établissements se préparant à l'oeuvre du Seigneur

Beaucoup de personnes croient que Mme White a enseigné que si le Seigneur venait tandis que des jeunes gens font des études de théologie, ils seraient considérés comme s'ils oeuvraient déjà dans le champ de la moisson. Il n'existe aucune authentification écrite et connue là-dessus. Ce concept, qui est probablement exact, peut reposer sur une association d'idées. Voir pour cela dans Jésus-Christ, page 58 :

Il était au service de Dieu tout autant lorsqu'il travaillait à son banc de charpentier que plus tard, lorsqu'il accomplissait des miracles en faveur des foules. Tout jeune homme qui suit l'exemple du Christ, exemple de fidélité et d'obéissance au sein de la famille, peut s'appliquer les paroles que le Père a prononcées par l'Esprit saint : « Voici mon serviteur, celui que je tiens par la main ; mon élu en qui mon âme prend plaisir. » Esaïe 42:1.

La vente légale des boissons alcoolisées et les lois du dimanche

Des propos liant directement la révocation de l'Amendement de la Prohibition de la Constitution des Etats-Unis au passage d'une loi du dimanche nationale sont sans fondement. Ils doivent être associés avec l'affirmation générale dans Prophets and Kings, page 186, où elle souligne « l'impiété osée » des législateurs de partout et de tout temps qui écriraient des « lois pour sauvegarder la sainteté supposée du premier jour de la semaine » mais qui « en même temps légalisent la vente d'alcool ».

Cibles particulières de catastrophe imminente

On a dit qu'Ellen White a identifié des régions précises comme de possibles cibles d'incendies, d'inondation, de tsunami, de terres submergées par les flots, d'invasion ennemie, ou des épicentres de tremblements de terre. Tout ceci est sans fondement. Ces affirmations découlent sûrement d'association d'idées avec des propos d'ordre général dans les livres d'Ellen White abordant les catastrophes. Des incendies détruisant des édifices magnifiques sont mentionnés dans Témoignages pour l'Eglise, volume 3, page 337, et en se fondant sur la destruction prochaine des métropoles, on a conseillé aux Adventistes du Septième Jour de ne pas installer de grands établissements à Los Angeles. Voir Life Sketches of Ellen G. White, pages 411 à 414, pour connaître son avis lorsqu'on fait un rapport entre des lieux précis et des prédictions de catastrophes. Contrairement aux propos rapportés sans preuve, Ellen White n'a pas prédit la destruction des tours jumelles de New York ou ailleurs. Elle décrit des scènes impliquant la destruction d'édifices magnifiques (voir référence plus haut), mais nulle part elle ne fait mention de bâtiment que l'on puisse identifier.

3 – Des extraits sortis de leur contexte

Il n'est pas rare de fonder sa compréhension des écrits d'Ellen White sur un bout de phrase ou sur une affirmation sortie de son contexte. Ellen White a écrit à propos des personnes qui faisaient un si mauvais usage de ses écrits qu'ils prennent « ici et là une phrase hors de son contexte et l'appliquent d'après leur propre jugement ». – Messages choisis, volume 1, page 50.

Les événements de minuit

Certains font l'erreur de croire que Mme White avait annoncé que le Christ viendrait à minuit. Une lecture rigoureuse de la page 285 de Premiers écrits ainsi que du chapitre « La délivrance » de La tragédie des siècles révèlent que c'est « au coup de minuit » que Dieu manifeste sa puissance pour délivrer son peuple (page 690). Les événements se précipitent à partir de ce moment-là puisque « bientôt apparaît vers l'orient une petite nuée noire, grande comme la moitié d'une main d'homme » (page 695).

Les oeufs sur votre table

En sortant de son contexte, de son paragraphe et du chapitre, la phrase qui dit que « les oeufs ne devraient pas être placés sur votre table », dans Testimonies for the Church, volume 2, page 400, on est arrivé à une conception déformée de la conviction d'Ellen White, présentée clairement dans le Ministère de la guérison (pages 269 à 270), Témoignages pour l'Eglise (volume 3, pages 157 et 430). Elle y évoque la place adéquate des oeufs dans un régime alimentaire ordinaire.

Ellen White et les 144 000

On ne trouve nulle part dans les écrits d'Ellen White qu'elle affirme être l'une des 144 000. Dans Premiers écrits (page 40), l'ange lui a effectivement dit, tandis qu'elle était en vision, ayant l'impression de visiter une autre planète où elle souhaitait rester, que « si tu es fidèle, toi et les 144 000, vous aurez le privilège de visiter tous les autres mondes et de contempler les oeuvres de Dieu ». Voir également dans Messages choisis, volume 2, page 301.

4 – Des écrits qu'on lui attribue à tort

Au fil du temps, des Adventistes du Septième Jour ont fait des copies de paragraphes d'articles d'Ellen White parus dans la Review and Herald et d'autres revues, qu'ils ont utilisées. Certains ont également copié des affirmations écrites par d'autres personnes sans noter le nom de l'auteur et ils en ont conclu à tort qu'elles provenaient d'Ellen White. On lui attribue à tort également des proverbes et dictons que l'on cite souvent.

Signe indiquant la fin du temps de grâce

On prête à tort à Ellen White une affirmation qui a été publiée dans le supplément de la Review and Herald du 21 juin 1898, qui nous apprend qu'une obscurité littérale recouvrira la terre comme un signe pour le peuple de Dieu que le temps de grâce est terminé. C'est en fait un pasteur adventiste qui a écrit cette phrase. Cet enseignement est contraire à ce qu'elle affirme dans La tragédie des siècles, page 667 : « L'humanité ne se doutera pas davantage que des décisions irrévocables auront été prises dans le sanctuaire, que l'Esprit de Dieu se sera définitivement retiré et que la destinée du monde aura été scellée pour l'éternité. »

Les anges réorganisant les éléments et les circonstances

Ces mots et la phrase qui suit, affirmant que les prières pour les « âmes désintéressées » déposées sur l'autel céleste recevront leur exaucement avant que l'encensoir ne soit jeté sur la terre (cf Apocalypse 8:1 à 6) ne sont pas de la plume d'Ellen White, mais de S. Haskell à la page 147 de son livre Story of the Seer of Patmos.

La dernière oeuvre de médiation du Christ

Une autre affirmation qu'on attribue à Ellen White est celle se rapportant à diverses sources comme la Review and Herald de 1890, 1898 ou 1912, selon laquelle la dernière oeuvre de médiation du Christ aura lieu en faveur des jeunes qui se sont égarés loin de la bergerie : elle ne se trouve dans aucun document d'Ellen White. Les personnes qui se posent des questions peuvent se tourner vers les affirmations suivantes : « Lorsque la tempête de la persécution s'abattra vraiment sur nous, (…) beaucoup de ceux qui se sont écartés rentreront au bercail pour suivre le bon Berger. »Testimonies for the Church, volume 6, page 401. « Le Dieu d'amour éprouve encore de la tendresse pour celui qui s'est délibérément éloigné de lui, et il fait tout pour le ramener dans la maison paternelle. (…) La miséricorde et la compassion divines, semblables à une chaîne d'or, entourent toute âme qui se trouve en danger. »Les paraboles de Jésus, pages 169 à 270. « Le ciel attend et se languit du retour des enfants prodigues qui ont erré loin de la bergerie. Beaucoup de ceux qui se sont éloignés peuvent revenir grâce au service aimant des enfants de Dieu. »In Heavenly Places, page 10.

Les conseils sur les projets de vie

Il est assez intéressant de remarquer que le conseil de vivre « comme si vous deviez vivre mille vies et que vous deviez mourir demain » trouve sa source dans les écrits de Mother Ann Lee, et pas dans ceux d'Ellen White. Voir l'édition du Time du 28 juillet 1961, à la page 53, ainsi que dans Témoignages pour l'Eglise, volume 2, page 66 qui dit que « nous devons veiller, agir et prier comme si aujourd'hui était le dernier jour qui doive nous être accordé ».

L'importance de l'étude de la question des 144 000

Un paragraphe choisi dans une lettre d'un des secrétaires d'Ellen White, où il exprime sa conviction sur l'aspect fondamental de la question des 144 000, a été présenté dans des ouvrages imprimés comme s'il venait d'Ellen White. Voir Messages choisis, volume 1, page 205, pour connaître la conviction d'Ellen White à ce sujet.

Des planètes habitées dans notre système solaire

Contrairement à certaines affirmations, Ellen White n'a donné aucun nom sur les « mondes » dont elle a eu la vision. Joseph Bates, un capitaine de la marine marchande à la retraite qui s'intéressait à l'astronomie, était présent lors d'au moins une des visions qu'Ellen White a reçues sur ces mondes. On a raconté qu'il avait identifié les planètes Jupiter, Saturne et Uranus parmi celles décrites. Des personnes se sont trompées en reliant ses remarques à la description d'Ellen White « d'un endroit habité par des êtres "nobles" et "majestueux" ». Cependant dans le propre récit d'Ellen White sur sa vision, elle dit seulement qu'elle fut emmenée en « UN LIEU qui brillait et qui était glorieux » (c'est nous qui mettons en majuscule). Elle n'a pas identifié ce lieu comme étant Jupiter, Saturne ou tout autre planète dans notre système solaire. Voici la description qu'elle en fait : « Le Seigneur m'a donné une vision des autres mondes. Des ailes me furent données, et un ange me conduisit dans un lieu brillant et glorieux. L'herbe était d'un vert vif, et les oiseaux gazouillaient un doux chant. Les habitants étaient de toutes les tailles : nobles, majestueux, beaux. Ils portaient l'empreinte de Jésus, et leurs visages exprimaient par une sainte joie la liberté et le bonheur qui régnaient dans ce lieu. »Premiers écrits, page 40. Voir pour plus de détails : Affirmations en astronomie.

La prière est la réponse à tous les problèmes

Le paragraphe abordant la prière et commençant par les termes « la prière est la réponse à tous les problèmes » n'est pas d'Ellen White, mais d'un auteur inconnu cité dans un article paru dans la Review and Herald du 7 octobre 1965. Cette affirmation est souvent propagée avec la date inexacte du 7 octobre 1865. Pour ce qui est de la prière, on peut lire dans Le meilleur chemin, page 98 :

« Placez constamment devant Dieu vos besoins, vos joies, vos tristesses, vos soucis et vos craintes. (…) Il n'est pas dans notre vie chrétienne de chapitre trop sombre pour qu'il en prenne connaissance, ni de problème si troublant qu'il n'en trouve la solution. Nulle calamité ne fond sur le moindre de ses enfants, nulle angoisse ne torture son âme, nulle joie ne le ranime, nulle prière sincère ne monte de ses lèvres, sans que notre Père céleste y soit attentif et y prenne un intérêt immédiat. »

Les Adventistes du Septième Jour doivent quitter les Etats-Unis

« Le jour vient, et il n'est pas loin, où chaque adventiste du septième jour souhaiterait se trouver ailleurs qu'aux Etats-Unis » est une phrase qui ne vient pas d'Ellen White, mais qui appartient à un sermon d'A. Jones, publié dans le General Conference Bulletin du 16 avril 1901 aux pages 265 à 266.

L'utilisation des Témoignages sur la chaire

Une déclaration censée avoir été faite par Ellen White citée dans « L'usage adéquat des Témoignages » pages 4 et 5 selon laquelle ses écrits ne devraient jamais être lus depuis la chaire na pas été authentifiée.

5 – Une pure invention

Des affirmations que l'on dit provenir d'Ellen White sont de la pure invention.

L'apostasie d'institutions et d'Eglises adventistes

Le propos affirmant qu'Ellen White a prédit l'apostasie d'institutions ou d'églises adventistes du septième jour ne repose sur rien. Voir dans Premiers écrits, le chapitre « le criblage » (pages 269 à 273) ainsi que Témoignages pour l'Eglise, volume 3, page 263 pour ceci : « Des détachements de l'armée du Seigneur se joignaient à l'ennemi et tribu après tribu quittaient les rangs de celui-ci pour s'unir au peuple de Dieu qui observe les commandements. »

Le comportement à adopter envers Jones et Waggoner

Le propos selon laquelle Ellen White a comparé le rejet des enseignements de Jones et Waggoner en 1888 et après cette date, au rejet de Caleb et Josué de la part d'Israël, ne fait pas partie de ses écrits. C'est le fruit d'un autre auteur, dont l'identité est inconnue. On s'est servi de citations impressionnantes, bien que fausses, en lien avec ce propos.

Le rejet du message du grand cri

Bien qu'il existe des expressions similaires à celles de Testimonies to Ministers, pages 468 à 469, on ne trouve rien dans les écrits d'Ellen White d'une quelconque affirmation de « reproche » prédisant que le message de l'ange d'Apocalypse 18:1 soit « ridiculisé, qu'il rencontre l'hostilité et qu'il soit rejeté par la majorité ».

Le patronyme ou le nom du parti politique du dernier Président des Etats-Unis

L'affirmation qu'Ellen White aurait indiqué directement ou indirectement le nom de famille ou du parti politique du dernier Président des Etats-Unis lors des dernières heures de la terre relève de l'imaginaire.

La France et la liberté religieuse

L'affirmation selon laquelle Ellen White aurait donné le nom de la France comme étant le dernier havre de la liberté religieuse ne repose sur rien.