Noël, le choix de la faiblesse

Date : samedi 03 décembre 2016 10:30

Lieu : Chapelle du Campus adventiste du Salève

Marché de Noël StrasbourgLiturgie organisée par la classe de Licence 3 de la Faculté adventiste de théologie

Prédication : Jean-Luc Rolland

L’humble naissance de Jésus révèle une dimension insolite de la Parole annoncée par Jean au début de son évangile. Un Verbe qui ne parle pas, ou plutôt parle autrement. Ce paradoxe est l’image d’une humilité qui caractérise toute la vie de Jésus et qui va se révéler plus encore sur la croix. Dieu ne cherche pas à nous éblouir. Cette naissance, du moins les conditions dans lesquelles Jésus est né nous apprend beaucoup sur lui, et sur Dieu. Tout spécialement l’humilité, la douceur, le refus du spectaculaire, de la puissance, de la force. C’est l’image d’un Dieu qui s’approche de l’humain pour le guérir, le sauver, mais en descendant vers lui. En un mot, ce choix de cette « faiblesse de Dieu » anticipe ce que Paul dira aux chrétiens de Corinthe, elle annonce déjà la croix. Selon Paul, ce refus de la transcendance, de l’immensité, du gigantisme, du pouvoir, est un modèle pour toute personne appelée à accompagner, à guider des personnes dans leur chemin de foi.

Noël est une célébration de la petitesse, de la faiblesse, de l’humilité, du non spectaculaire, mais en même temps un évènement qui nous fait éclater en jubilations. Devant les bergers de Bethléem de condition sociale très modeste, les anges du ciel chantent la gloire de Dieu. Dans cette perspective, organisatrice de cette liturgie du 3 décembre, la classe de Licence 3 de la Faculté adventiste de théologie fait face à un passionnant défi.