Séminaire à Gland

Date : samedi 05 octobre 2013

Lieu : Gland, Suisse

Adresse : La Lignière 12. 1196. Gland.
Pasteurs : Patrick Maeder, Pierrick Avelin
Téléphone : 00 41 (0)32 863 13 26 / 00 41 (0)22 364 05 04
Contact : dpmaeder@bluewin.ch ; pierrick.avelin@adventiste.ch

Chapelle Eglise Adventiste La Lignière à Gland, Suisse

Eglise Adventiste La Lignière à Gland, SuisseSamedi 10 H 30 - Prédication : Recevoir la foi

Notre méditation s’intéressera à la manière dont le Christ parle de la foi et précisément, dans les évangiles, lorsqu’il la décrit positivement. Quelle leçon apprenons-nous la foi, lorsque Jésus la reconnaît, voire … l’admire ? Parmi les quelques textes qui racontent cette reconnaissance de la foi, nous retiendrons principalement le récit de Luc 7, 1-10. Dans ce texte, Jésus reconnaît la foi un officier romain : « En entendant ces mots, Jésus fut plein d'admiration pour lui ; il se tourna vers la foule qui le suivait et dit : « Je vous le déclare, même en Israël je n'ai pas trouvé une telle foi ». Curieux miracle que celui-ci, où Jésus ne rencontre pas le demandeur et où le miracle lui-même n’est pas décrit !

Ce récit, comme tous ceux dans lesquels nous observons le Christ reconnaître la foi, contient de précieux enseignements capables de nourrir de notre relation à Dieu aujourd’hui. La foi est présentée comme une réalité personnelle. Il n’existe pas de croire standard. La foi ne peut entrer dans nos catégories, nos jugements. Dans aucun de ces récits, la foi n’est revendiquée par une femme, un homme en qui Jésus la discerne. C’est par le Christ que la foi est reconnue. Elle est reçue. Ces paroles bibliques nous montrent aussi à quel point cette foi peut être imprévisible. Enfin, nous découvrons que l’être humain ne se réduit pas à son milieu. Il nous semble essentiel d’interroger le Christ pour l’entendre parler de la foi, la définir. Qui mieux que lui peut le faire ?

Samedi 15 H 00 - Conférence : Dieu dans la création
Le récit de la création contient la première représentation de Dieu que nous offre la Bible. Il nous parle de la créativité de celui qui donne la vie à tout ce qui existe : minéral, animal, humain. C’est souvent ce que l’on retient de ce récit. Ce n’est pourtant pas la seule attitude, la seule description de Dieu de ces pages. Il est aussi celui qui s’assied, prend du temps pour ne rien produire, pour s’arrêter. Pour contempler. Pas seulement pour faire, mais pour être. Et être tout près de l’être humain à qui il vient de donner la vie. Nous proposons un instant d’émerveillement sur deux très belles descriptions de ce Dieu qui est : celle de l’Esprit de Dieu et celle du sabbat. Nous y découvrirons un Dieu qui refuse de s’imposer à l’humain pour le dominer. Ces premières pages de la Bible témoignent d’un Dieu qui aime l’être humain avec une infinie délicatesse, qui désire répondre à ses besoins les plus profonds et s’incarner dans sa vie.