A bientôt Arthur ! Hommage à un brillant chercheur adventiste

Arthur Patrick« Ses réflexions, son amour pour son église, et sa capacité à s’exprimer clairement avec éloquence et intégrité, tout cela montrait qu’il était bien en avance sur nous autres. »

Arthur Patrick « vivait dans la peur constante de l’éloge funèbre » mais sa famille et ses amis n’en ont pas tenu compte lors de l’hommage rendu à l’ancien élève d’Avondale.

Arthur menait une bataille victorieuse contre le cancer depuis 12 ans, mais il y a à peine quelques semaines, les médecins lui ont diagnostiqué une tumeur maligne à l’abdomen. Il est mort à l’Hôpital Adventiste de Sydney le 8 mars. « Il s’était si souvent assis au chevet de tant de malades qu’il savait ce qui l’attendait, » a déclaré le Dr. Lynden Rogers dans sa lecture biographique à l’église adventiste d’Avondale Memorial le 12 mars. « Et pourtant son acceptation paisible, sa foi chrétienne, et son courage nous ont tous inspirés. »

Depuis 17 ans qu’il était à Avondale, les contributions d’Arthur ont été nombreuses. Il fut entre autres premier conservateur du Centre de Recherche Ellen G White, maître de conférences à la School of Ministry and Theology, chef du service Scolarité, premier président de l’Association des anciens élèves d’Avondale, et après sa retraite, il fut maître chercheur honoraire. Parmi ses idées pertinentes sur les questions académiques rencontrées par l’église adventiste du septième jour, il y avait la compréhension du ministère d’Ellen White, la mise en contexte des prises de positions de l’église dans le passé et l’exploration de l’interface entre le christianisme et la science. « Arthur n’avait pas peur des preuves, » a déclaré Lynden, maître de conférences en physique. « Il avait cette capacité à analyser les données avec calme et perspicacité et à vous synthétiser une réponse de main de maître. »

Lynden a également évoqué sa « légendaire habileté » avec les mots, son habileté à « illuminer précisément le thème » ou encore à « se cacher habilement derrière ses paroles. » Sur ce dernier aspect, Lynden a fait remarquer comment l’ancien président Geoff Madigan observa un jour que « certaines des lettres de blâme adressées par Arthur aux étudiants récalcitrants ressemblaient presque à s’y méprendre à ses lettres de recommandation. » Arthur a illustré le premier aspect dans son centième et dernier post sur son blog adventiststudies. « Depuis la fin du mois de janvier, j’ai appris l’existence d’un nouvel ennemi venu de l’intérieur,... un carcinome péritonéal d’un genre vigoureux, incurable. » Sa fille Zanita raconte les moments qui ont suivi l’annonce du diagnostic : « Il a simplement regardé sa montre, noté qu’il était 19h08, le 22 février, et a calmement annoncé qu’il était désormais en soins palliatifs. »

Pour Arthur, il était primordial de rester connecté, alors sa famille s’est assuré que même depuis le lit 638, il avait un scribe à sa disposition pour répondre aux emails chaque jour dès 6h du matin. « J’ai hâte d’être à ce jour qu’il n’a cessé d’évoquer quand il dictait, » a déclaré Zanita. « A tout à l’heure. »

Sa fille Adrielle a évoqué l’attachement d’Arthur pour la poésie et les nouvelles d’Henry Lawson. Durant le service on a pu entendre un extrait de « Saint Pierre », écrit par Lawson et lu par Arthur lui-même. Un thème commun : la soif d’une même chance pour tous, « en particulier pour ceux qui se retrouvent du mauvais côté de cette prétendue société respectable. »

Le pasteur Adrian Flemming a rappelé que Pam Ludowici appelait Arthur « Saint Patrick, » car « de toutes les personnes que j’ai rencontrées, c’est lui qui se rapprochait le plus d’un saint. » Les trois amis ont exercé un ministère auprès des cancéreux et comme aumôniers d’hôpital. « On peut le dire, Arthur était le pasteur de Dieu, » a déclaré Adrian, « pas seulement pour notre église, mais pour toute l’humanité. »

C’est le président d’Avondale, Ray Roennfeldt, qui est intervenu après Adrian dans la partie du service qui lui rendait un hommage professionnel. « Il n’y a en réalité aucune compétition, » a-t-il déclaré, « Arthur faisait partie d’Avondale. » Ray a décrit les activités universitaires d’Arthur comme ayant apporté « une distinction croissante pour Avondale. Certaines personnes pensaient qu’il repoussait des limites tabou, mais Arthur avait une conviction forte : celle que la vérité mérite qu’on la recherche. » Les talents de pasteur d’Arthur ont été utiles dans ses interactions avec ceux qui le considéraient comme leur ennemi théologique—« toujours sincèrement gracieux, toujours ouvert, espérant une rencontre des esprits adventistes, » a déclaré Ray. “En tant que communauté d’Avondale, nous nous associons à la peine [de la famille], mais nous pleurons aussi notre propre perte. »

L’association Charles E. Weniger Society a également salué l’ensemble des recherches d’Arthur, en lui attribuant un prix d’excellence posthume. Elle a pour but de distinguer les adventistes du septième jour qui font preuve de qualité et d’engagement dans leur vie personnelle et professionnelle, traits de caractère présents chez Charles Weniger, ancien doyen du séminaire théologique adventiste à Andrews University. Le Dr. D. Graham Stacey de l’Université de Loma Linda représentait le Dr. Lawrence Geraty, président du Comité Exécutif Weniger. « Merci Arthur, pour tout ce que tu as fait, et surtout, merci, Arthur, pour qui tu étais. »

Le président de la Division du Pacifique Sud, Barry Oliver a évoqué l’impact que son « ami et collègue » avait eu sur l’église dans le Pacifique Sud. « Arthur n’a pas toujours été facilement accepté par son église, car parfois il était bien en avance sur nous autres dans ses réflexions, son amour pour son église, et sa capacité à s’exprimer clairement avec éloquence et intégrité à propos de choses qu’il nous faut connaître sur qui nous sommes et où nous allons. […] Nous sommes plus riches...grâce à l’héritage qu’il a laissé. » Et s’adressant à la famille, il a ajouté : « Merci à vous de nous avoir prêté Arthur. »

Leighton Heise a conclu le service en lisant un morceau méditatif écrit par son père, le Dr Lyell Heise, absent pour cause de maladie. Lyell et Arthur étaient, entre autres, membres du conseil d’administration de Women in Ministry [Femmes dans le Ministère], association indépendante de laïcs qui soutiennent les femmes dans le ministère. « Un géant est tombé, » a écrit Lyell, peut-être en référence à l’époque où Arthur était bûcheron avec son frère Joe. « Il y a un vide immense dans le foyer familial de Martinsville Road, il y a un vide immense même ici dans le Pappinbarra, où Arthur a vécu. Nous regardons ce vide et nous nous souvenons de l’érudit, du philosophe, de l’ami de ceux qui souffrent. Nous voyons le mari et le père généreux, le champion de l’égalité des chances, l’homme qui, par son amour, sa vie et son exemple a créé pour sa famille une culture de la liberté qui s’élève jusqu’aux cieux. Voilà les qualités et l’attitude que l’on voit dans ce ciel radieux et éblouissant à travers ce vide dans la canopée. »

Arthur laisse derrière lui sa femme Joan, et ses enfants Zanita, Adrielle et Leighton, ainsi qu’un frère, John.

Brenton Stacey est responsable des relations publiques d’Avondale College en Australie.

Source : Spectrum