janvier 2012

  • Il y a 70 ans ... l’horreur

    L’insulte adressée au peuple juif, accusé de déicide, constitue l’un des piliers de l’antijudaïsme … osons le dire, chrétien. « Mythe tendancieux », selon le mot de Jules Isaac, l’idée d’avoir crucifié le Christ a nourri la haine et les indescriptibles conséquences que l’on sait. Cette théologie au ras du caniveau semble encore avoir quelques adeptes, à lire ou entendre parfois certains commentaires d’outre-Atlantique. Ce mythe se tapit ainsi même chez quelques-uns de nos correspondants. En ce début d’année 2012, nous nous associons aux commémorations du 70ème anniversaire des rafles de l'année 1942. Nous invitons également à lire le bouleversant Journal d’Hélène Berr réédité en fin d’année dernière.

    Journal d'Hélène BerrD'avril 1942 à février 1944, Hélène Berr, jeune étudiante à la Sorbonne en chemin vers l’agrégation de lettres, tient son journal au jour le jour. Les pages qu’elle nous laisse sont d’une remarquable beauté, d'une exceptionnelle qualité littéraire. Hélène y décrit le Paris lumineux qu’elle aime, en même temps que l’horreur qu’elle et les siens vivent sous l’occupation et la déportation. Ses derniers mots, écrits le 15 février 1944, « Horreur ! Horreur ! Horreur ! », sont un pressentiment de l'inéluctable. Arrêtée le 8 mars 1944, elle est déportée à Auschwitz avec son père et sa mère. Elle survit presque jusqu'au bout à l'épreuve, succombant à l'« horreur » à Bergen-Belsen en avril 1945, quelques semaines avant la libération du camp par les forces alliées.

    Nous recommandons la lecture de cet écrit superbe pour sa poésie, pour son humanité, pour ses réflexions sur le Christ et la pertinence d’un éclairage sur le chapitre « Le grand inquisiteur » des Frères Karamazov de Dostoïevski.

    Le Journal d’Hélène Berr. Préface de Simone Veil, Avant-propos de Patrick Modiano. Paris, Taillandier, Mémorial de la Shoah, 2011.

  • Culte télévisé adventiste sur France 2

    Chapelle advenstiste Dammarie-Lès-LysAprès l’église du Campus adventiste de Collonges-sous-Salève, puis celle de Neuilly-sur-Seine, le prochain office religieux adventiste retransmis à la télévision sera celui de l’église de Dammarie-les-Lys, en Seine et Marne. L’enregistrement se fera le samedi 11 février et sera diffusé sur France 2 le dimanche 19 février à 10 h. Cette diffusion se fait dans le cadre du service protestant télévisé.

  • Le domptage du christianisme

    Date : samedi 04 février 2012

    Lieu : Collonges sous Salève, France

    Eglise du campus adventisteAdresse : Eglise du campus - chemin du Pérouzet. 74160 Collonges sous Salève
    Téléphone : 04 50 43 22 27
    Contact : Centre de recherche Ellen White

    Notre titre s’inspire du chef-d’œuvre de Fédor Dostoïevski Les frères Karamazov dans lequel l’auteur fait parler l’un des personnages d’un bien curieux mérite, celui « d’avoir enfin fini par dompter la liberté et de l’avoir fait pour rendre les gens heureux. » (p. 454). La religion représentée dans le roman par le Grand Inquisiteur, a « dressé » le peuple, l’a « soumis », l’a « rendu tremblant d’obéissance » (p. 451). Notre titre Le domptage du christianisme fait également écho au livre publié en 1984 par Jacques Ellul La subversion du christianisme.

    Domptage du tigreAvec ses mots, Ellen White a aussi écrit son poème Le Grand Inquisiteur, sa subversion du christianisme dans un livre publié en français sous le titre de La tragédie des siècles, cette année 2012 retraduit et édité par Vie et Santé sous le titre Le grand espoir. Cette même année a été choisie par l’administration mondiale adventiste (Conférence générale) pour mieux faire connaître cet ouvrage.