La spiritualité contemplative et les jeunes - une alternative passionnante

Mark Yaconelli, « Contemplative youth ministry : practising the presence of Jesus with young people ». London, Society for Promoting Christian Knowledge, 2006.

Un livre important sur la spiritualité et les jeunes. Sur la spiritualité tout court, car il s'adresse tout autant à ceux qui vivent l'accompagnement spirituel des jeunes comme un ministère. Yaconelli pose d'excellentes et très courageuses questions. Spécialiste de la spiritualité des adolescents, il s'interroge sur la pertinence des mots, des discours dans l'évangélisation des jeunes. Loin de remettre en question l'étude, la réflexion intellectuelle, la recherche biblique, Mark interroge le christianisme actuel sur une tentation de réduire l'accompagnement spirituel auprès des jeunes à sa dimension cognitive. Il s'interroge également sur la pertinence d'un type de leadership pour nourrir la foi des jeunes, avec son recours traditionnel à une forme spectaculaire d'accompagnement spirituel, qui privilégie abondamment la technologie, les mots, l'anecdote et l'humour. Selon Yaconelli, cette approche traditionnelle place le leader dans une situation centrale qui risque paradoxalement, par un phénomène d'addiction, de détourner le jeune de Dieu.

Réflexion sur la pertinence de la spiritualité contemplative, non comme seul modèle capable de remplacer les autres, mais comme spiritualité capable de toucher en profondeur des ados et des adultes. Pour beaucoup, parler de contemplation renvoie encore hélas à des clichés. N'est-ce pas encourager le mysticisme, ne va-t-on pas fabriquer des moines et des moniales ? C'est la critique des milieux fondamentalistes américains face au ministère dont parle Mark, qui l'accuse de se « saouler dans le mysticisme catholique », de n'avoir rien compris à la Bible. La violence verbale de ce type de milieu ne se fait pas attendre, qui recommande à son public de fuir les réflexions de Mark « comme la peste ». Ces réactions sont symptomatiques, dès que l'on commence à remettre en question la place centrale des dogmes dans la vie spirituelle. Lorsque, comme Mark Yaconelli et d'autres accompagnateurs de jeunes en Europe et aux Etats-Unis (pour le public francophone cet ouvrage fera sans aucun doute penser à Taizé, mais cette approche est loin de se réduire au travail réalisé sur la colline bourguignonne) on invite à ne pas se laisser distraire par des anecdotes, un spectacle religieux, un sourire de beau gosse, un recours verbeux à l'humour. Bref, lorsque l'on appelle les jeunes à penser par eux-mêmes. Et l'on se sent ici bien proche d'Ellen White : « Le rôle de la véritable éducation est d'apprendre aux jeunes à penser par eux-mêmes, à ne pas se contenter d'être le miroir de la pensée des autres. » Education, 1903, page 20.