Fabrice Desplan

Le Centre de recherche Ellen White s'ntéresse de très près aux différents travaux du sociologue adventiste Fabrice Desplan. Docteur en sociologie, Fabrice Desplan est chargé de cours à l'université de Lille III, formateur-contrôleur de connaissance au Centre Européen de Formation. Membre de l'Association Française de Sociologie, Fabrice Desplan est également chercheur au "Groupes, Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) à l'Ecole pratique des Hautes Etudes de Paris, Sorbonne. ll a rédigé une thèse, "Structuration de l'action collective adventiste. Approche d'un groupe religieux minoritaire", où il propose une lecture relationnelle de l'adventisme.

Dans un courriel récent au sujet de travaux du Centre de recherche Ellen White sur l'histoire du fondamentalisme protestant, Fabrice Desplan écrivait : "Pous ce qui est de tes recherches, elles ont de nombreux points de convergence avec les miennes." Discutant ensemble de possibles "ruptures" entre l'adventisme contemporain et celui des "pères", j'écrivais à Fabrice Desplan : "Sur ta réflexion au sujet de la « rupture entre l'adventisme d'aujourd'hui et celui des pères », je nuancerai cela à bien des égards. C'est aussi l'une des raisons d'être de ma thèse de doctorat. Je partage ta pensée si l'on regarde le millérisme, voire certaines périodes de profond sectarisme, légalisme, voire perfectionnisme. De même l'adventisme du début du XXe siècle est très fortement coloré par le fondamentalisme protestant nord-américain de ce temps et en sympathie profonde avec lui. Mais nuances, oui, car il y a des attitudes et une densité de pensée chez certains pionniers de la première génération, puis au sein du groupe progressiste (William White, Arthur Daniells notamment début XXe) qui rejoignent la démarche de l'adventisme contemporain. Par ailleurs, cette « rupture » n'est pas universelle, tu en sais quelque chose en tant que chrétien Antillais. Chez bon nombre d'adventistes de l'hémisphère sud, le développement et la « rupture » dont tu fais l'écho sont loin d'être aussi nets."

Dernière publication

"Le religieux minoritaire comme outil de reconstruction identitaire.Le cas des Antillais français adventistes en France". ethnographiques.org, Numéro 8 - novembre 2005 [en ligne].

Article en ligne : http ://www.ethnographiques.org/2005/Desplan.html

A paraître

"Valeurs adventistes et culture antillaise. Une relation paradoxale," in Claude Dargent, Raphael Lioger, Bruno Duriez, Religion et valeurs, L'Harmattan. (Septembre 2006). Dans cet ouvrage collectif le sociologue abordera la question des représentations des antillais sur l'adventisme.

Principale activité de recherche en cours :

Rédaction d'un ouvrage proposant un regard de l'intérieur sur l'adventisme.

Articles en cours

"Typologie de parcours de convertis à l'adventisme".

"Collégialité de l'action collective adventiste. Une lecture à partir d'une application qualitative et distante de la sociologie des réseaux sociaux"

Email à Fabrice Desplan (extrait, 7 décembre 2007) :

Je lis avec intérêt tes réflexions et aussi les réponses adventistes à ces analyses. Je les comprends partiellement, tes analyses sont très fortement teintées de ta culture insulaire. Je veux dire par mes mots imparfaits que je ressens une influence profonde chez toi d'un adventisme qui t'a marqué, peiné, voire davantage. L'embêtant, c'est que ce n'est pas l'adventisme, c'en est un visage, une couleur. Que dire si un sociologue parlait du catholicisme au travers des lunettes du catholicisme polonais. Un catho polonais, surtout s'il prend des distances avec le catholicisme, n'écrira jamais la même chose, quand bien même fut-il un excellent sociologue, qu'un catho américain sur le catholicisme. Néammoins, malgré ce filtre involontaire qui es le tien - je le lis presque à chaque page - tes analyses sont d'une pronfonde pertinence. Merci de continuer à nous faire réfléchir.